Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sri Lanka : près de 300 morts après des explosions dans des hôtels et églises, un mouvement islamiste local accusé

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Au moins 290 personnes, dont 31 étrangers et un Français, ont été tuées ce dimanche au Sri Lanka dans des explosions visant huit lieux, dont quatre hôtels de luxe et une église de la capitale Colombo. Un mouvement islamiste local est à l'origine de ces attaques, selon le gouvernement.

L'une des églises attaquées à Negombo.
L'une des églises attaquées à Negombo. © AFP - Tharaka Basnayaka / NurPhoto

Selon la police, au moins 290 personnes ont été tuées et 500 blessées ce dimanche dans une série d'explosions dans quatre hôtels et trois églises du Sri Lanka où était célébrée la messe de Pâques. Vers 11h, heure française, une huitième explosion a eu lieu : un kamikaze a tué trois policier en se faisant exploser. Parmi les victimes, 31 étrangers sont morts, d'après un dernier bilan, dont un Français, des Américains et des Britanniques. Une bombe artisanale a été désactivée dimanche soir près de l'aéroport de Colombo, la capitale, sur une route menant vers le principal terminal qui reste sous haute sécurité. Le gouvernement a décrété un couvre-feu à durée indéterminée.

Une vingtaine de personnes interpellées

"Vingt-quatre personnes ont été arrêtées en lien avec cette vague d'attaques, qui n'ont pas été revendiquées à ce stade", a déclaré ce lundi matin le porte-parole de la police Ruwan Gunasekera. Dimanche, dans la foulée des attaques, huit d'entre elles étaient déjà interrogées par la police. "Jusqu'ici, les noms que nous avons sont locaux", avait précisé dans une allocution télévision le chef de gouvernement. Les enquêteurs cherchent à savoir s'ils ont d'éventuels "liens avec l'étranger", avait-il ajouté, sans donner davantage de précisions. Plus tard dans la matinée ce lundi, le gouvernement a annoncé avoir confirmation qu'un mouvement islamiste local - le National Thowheeth Jama'ath (NTJ) - était derrière ces attaques.

Trois églises et quatre hôtels visés

Trois églises chrétiennes ont été visées : l'église Saint-Anthony de Colombo et l'église Saint-Sébastien de Negombo, une localité au nord de la capitale, ainsi qu'une église de Batticaloa (dans l'est du pays). Après l'explosion à l'église St-Anthony, au moins 160 personnes ont été admises à l'hôpital. L'attaque de l'église de Batticaloa a provoqué autour de 300 blessés selon un responsable de l'hôpital local.

Selon la police, trois hôtels de luxe ont d'abord été visés dans la capitale sri-lankaise. Une explosion au Cinnamon Grand Hotel de Colombo, près de la résidence officielle du premier ministre a provoqué la mort d'au moins une personne. On apprenait en fin de matinée (heure française) qu'une nouvelle explosion dans un hôtel de Colombo avait provoqué la mort d'au moins deux personnes.

Le Quai d'Orsay ouvre une cellule de crise

Une cellule de crise a été mise en place dimanche par le Centre de crise et de soutien du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, joignable au 01 43 17 51 00. D'après les tour-opérateurs, environ 400 Français se trouvent actuellement au Sri Lanka.

Emmanuel Macron a fait part de sa "profonde tristesse", à l'annonce de cette nouvelle, à l'instar du Pape François, ou encore d'Angela Merkela. La chancelière allemande a condamné "la haine religieuse et l'intolérance". L'Union européenne ainsi que les Etats-Unis se sont déclaré prêts à apporter leur aide.

La grande institution de l'islam sunnite Al-Azhar a condamné "l'attaque terroriste" au Sri Lanka. "Je n'arrive pas à imaginer qu'un être humain puisse cibler des personnes paisibles durant leur jour de fête", a commenté le grand imam d'Al-Azhar, le cheikh Ahmed al-Tayeb.

Toujours aucune revendication

L'origine de ces explosions est pour l'instant inconnue, elles n'ont pas été revendiquées. Mais le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu'un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama'ath) projetait "des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne". Le NTJ s'était fait connaître l'année dernière en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. 

Des associations chrétiennes pointent aussi du doigt des moines bouddhistes extrémistes qui intimideraient les chrétiens ces dernières années. Le Sri Lanka est un pays à majorité bouddhiste et les catholiques sont estimés à 1,2 million sur une population totale de 21 millions d'habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12% d'hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess