Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sri Lanka : aucune "victime française identifiée à ce stade" selon le ministère des Affaires étrangères

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le groupe Etat islamique a revendiqué, ce mardi, la vague d'attentats qui a frappé le Sri Lanka le dimanche de Pâques. Contrairement à ce qu'avaient annoncé les autorités sri-lankaises lundi, "il n'y a pas de victime française identifiée à ce stade" a indiqué le Quai d'Orsay à franceinfo.

Une femme prie en hommage aux victimes des attaques, à Negombo au Sri Lanka.
Une femme prie en hommage aux victimes des attaques, à Negombo au Sri Lanka. © AFP - Jewel SAMAD

Le groupe État islamique a revendiqué, via son agence de propagande ce mardi, les attentats de dimanche au Sri Lanka. Les attaques ont fait au moins 320 morts, selon le dernier bilan de la police locale. Au moins 45 enfants et adolescents, dont un bébé de 18 mois, ont été tués au cours de ces attaques. Le nombre des blessés reste autour de 500. 

Contrairement à ce qu'avaient annoncé les autorités sri-lankaises lundi, "il n'y a pas de victime française identifiée à ce stade" a indiqué le Quai d'Orsay à franceinfo ce mardi.  "Le ressortissant français qui était marqué comme tué dans le communiqué de presse du ministère du 22 avril est un cas d'erreur" de nationalité, a déclaré le Sri-Lanka dans un communiqué. D'après les tour-opérateurs, environ 400 Français se trouvent actuellement au Sri Lanka.

Quarante personnes arrêtées 

"Les auteurs des attaques ayant visé des ressortissants des pays de la Coalition (anti-EI) et les chrétiens au Sri Lanka avant-hier sont des combattants de l'Etat islamique", a annoncé le groupe jihadiste sur son agence de propagande Amaq ce mardi. Les autorités ont interpellé à ce stade 40 personnes. Les premiers éléments de l'enquête montrent qu'ils ont été commis "en représailles" au carnage des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, a déclaré mardi le vice-ministre srilankais de la Défense. Le 15 mars dernier, l'attaque a fait 50 morts dans deux mosquées de la grande ville du sud de la Nouvelle-Zélande.

Une journée de deuil national 

Le Sri Lanka a observé mardi matin trois minutes de silence en hommage aux victimes des kamikazes qui ont frappé des hôtels de luxe et des églises célébrant la messe de Pâques en plusieurs points de l'île d'Asie du Sud. Le gouvernement a décrété ce jour comme journée de deuil national. Les magasins vendant de l'alcool sont fermés, les drapeaux sont en berne et les radios et télévision doivent adapter leur programmation musicale. 

À l'église Saint-Antoine de Colombo, théâtre du premier attentat suicide dimanche matin, des dizaines de personnes ont prié en silence, des bougies à la main, certains retenant à grand peine leurs larmes. À l'issue des trois minutes de silence, la foule a entamé une prière à voix haute.

© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess