Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Les pro-Strasbourg veulent installer le Parlement européen pour de bon en Alsace

mercredi 7 février 2018 à 16:16 Par Corinne Fugler, France Bleu Alsace

Comment conforter le rôle européen de Strasbourg ? L'AEJE, association européenne des jeunes entrepreneurs, confronte les arguments en faveur d'un siège unique à Strasbourg ou à Bruxelles. Elle a fait les comptes : un seul siège implanté en Alsace coûtera moins cher et fédérera les citoyens.

Le parvis du Parlement européen à Strasbourg
Le parvis du Parlement européen à Strasbourg - @Parlement européen

Strasbourg, France

Une association strasbourgeoise, l'AEJE, l'association européenne des jeunes entrepreneurs, fait campagne pour le siège alsacien du Parlement européen depuis 2012. Elle vient de présenter un nouveau rapport, intitulé "Le siège dans tous ses états, Strasbourg : l'évidence".  Pour ses auteurs, il faut installer durablement les eurodéputés à Strasbourg. Pour donner plus d'autonomie politique à leur institution, d'abord, en l'éloignant notamment de la Commission européenne. Et pour économiser les deniers publics. "Le symbole lié à la question du siège reflète la direction de l'Union européenne : le retranchement à Bruxelles ou l'ouverture à Strasbourg !". Les sessions strasbourgeoises du Parlement offrent par ailleurs à cette institution une meilleure visibilité médiatique.

Strasbourg jouit d'une meilleure réputation auprès des citoyens européens, assure Pierre LOEB, le président de l'AEJE

Redorer le blason européen

Comment ancrer solidement le siège du Parlement européen en Alsace ? En 2012, déjà, l'AEJE préconisait de meilleures connexions aériennes et ferroviaires entre Bruxelles et Strasbourg. Depuis, le prolongement de la LGV Est a mis Bruxelles à 3h35 de la capitale alsacienne. Les liaisons aériennes au départ ou à destination de Strasbourg-Entzheim ne sont pas assez développées à ce jour mais un positionnement unique du Parlement européen à Strasbourg encouragera les compagnies aériennes à élargir leur offre.

Les eurodéputés en session à Strasbourg - Aucun(e)
Les eurodéputés en session à Strasbourg - @Parlement européen

L'AEJE rappelle aussi quelques chiffres: le bâtiment strasbourgeois coûte moins cher que le "caprice des dieux", son homologue bruxellois, 30% de moins au m², soit moins de 200 euros à Strasbourg contre 275 à Bruxelles, en moyenne. La réhabilitation du bâtiment belge, en chantier actuellement, doit coûter de 500 millions à un milliard d'euros. Doit-on imposer cette dépense aux citoyens de l'UE ? 

Strasbourg moins chère que Bruxelles

Autre critique des pro-Bruxelles: le coût des déplacements vers Strasbourg. Pourtant, les députés, qui habitent 28 pays différents, se déplacent forcément pour les sessions mensuelles du Parlement. Qu'ils voyagent vers Strasbourg ou vers Bruxelles ne modifie pas radicalement le coût carbone ou le coût en euros de ces déplacements. Pour l'AEJE, "afin de réduire instantanément le coût de fonctionnement du Parlement européen, il suffit d'installer le siège unique à Strasbourg". 

Dans les coursives du Parlement européen, à Strasbourg - Aucun(e)
Dans les coursives du Parlement européen, à Strasbourg - @Parlement européen

L'AEJE balaie enfin quelques reproches  formulés à l'égard de la capitale alsacienne. Avec 10.000 chambres d'hôtels, Strasbourg a les moyens d'accueillir les élus et leurs collaborateurs. Par ailleurs les prix de l'immobilier sont moins élevés en Alsace que dans la capitale belge.

L'association propose une phase-test, le temps du prochain mandat des parlementaires européens, de 2019 à 2024. 

Son rapport va maintenant être distribué aux eurodéputés qui tentent régulièrement, jusque dans les rangs des élus français, de remettre en question le siège alsacien. Il sera également adressé aux députés et sénateurs français, ainsi qu'à l'Elysée.

Le Parlement européen sera plus autonome à Strasbourg, selon Pierre LOEB, le président de l'AEJE