Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Syrie : l'élu messin et médecin de guerre Raphaël Pitti craint "une catastrophe humanitaire"

Près d'une semaine après le déclenchement de l'offensive militaire turque contre les forces kurdes du Nord de la Syrie, Raphaël Pitti exprime son inquiétude face au sort des populations civiles et sa colère vis-à-vis de la communauté internationale.

Raphaël Pitti devait retourner en Syrie au mois de novembre
Raphaël Pitti devait retourner en Syrie au mois de novembre © Maxppp - Chris Huby

Moselle, France

Il était encore dans le Nord-Est de la Syrie en juillet, et devait y retourner le mois prochain. Raphaël Pitti connait parfaitement ce secteur : il a contribué à créer un centre de formation médical dans la ville frontalière de Derick. Invité de France Bleu Lorraine, le médecin humanitaire et élu de la ville de Metz, exprime son inquiétude face au sort des populations civiles, prises au piège dans l'offensive menée depuis le 9 octobre par l'armée turque contre les forces kurdes qui contrôlaient cette zone. 

"On est prêt d'une catastrophe humanitaire très importante" déplore le médecin. L'ONU estimait lundi 14 octobre à 160.000 personnes le nombre de déplacés du fait des combats. "Il y a des camps avec des centaines de milliers de personnes, organisés grâces aux forces kurdes. Mais à cause des combats, il y a une situation de désespérance." Les nouvelles qu'il reçoit de ses contacts sur place son alarmantes. Plusieurs convois ont été attaqués. Des civils, journalistes ou personnels médical ont été blessés ou tués. Les hôpitaux, vers lesquels l'aide humanitaire n'arrive plus, sont débordés. 

Le droit international n'existe plus

Raphaël Pitti ne cache pas sa colère face à cette situation qui s'aggrave chaque jour un peu plus, dans un pays déjà profondément meurtri par les affrontements et sous la menace d'une résurgence de Daesh. "Depuis 8 ans, le droit international n'existe plus, les crimes de guerre sont tous les jours. Tout a été fait sur la population syrienne" dénonce t-il, fustigeant l'attitude de Donald Trump en qui il n'a "plus aucune confiance." Pour Raphaël Pitti, seules des sanctions économiques fortes peuvent faire plier la Turquie aujourd'hui. Il le martèle : "l'enjeu est la protection des populations les plus fragiles." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu