Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Syrie : une alliance anti-EI reprend la vieille ville de Raqa

vendredi 1 septembre 2017 à 20:40 Par Julien Baldacchino, France Bleu

La vieille ville de Raqa, en Syrie, "capitale" du groupe Etat Islamique, a été reprise par une alliance arabo-kurde au terme de deux mois de bataille, a annoncé ce vendredi le porte-parole des Forces démocratiques syriennes.

La ville de Raqa, ici à la mi-août
La ville de Raqa, ici à la mi-août © AFP - DELIL SOULEIMAN

"Nous avons pris aujourd'hui le contrôle de la totalité de la vieille ville après des combats contre l'EI", a déclaré ce vendredi Tala Sello, porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS). L'alliance arabo-kurde soutenue par Washington a chassé le groupe Etat Islamique de la vieille ville de Raqa, libérant 60% de la ville qui était sous contrôle du groupe terroriste depuis 2014.

La bataille de la vieille ville de Raqa avait commencé il y a deux mois, dans une zone qui jouxte le quartier administratif du centre de Raqa, où les djihadistes sont barricadés dans les bâtiments qui abritaient les services de renseignements. "Nous sommes aux portes du périmètre de sécurité de l'EI dans le centre-ville, où se trouvent les principaux QG", explique Tala Sello.

Encore un millier de djihadistes à Raqa

En 2014, le groupe Etat Islamique s'était implanté sur cette ville dont il a fait sa capitale syrienne de facto, qui a notamment servi de théâtre de décapitations publiques et tortures.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), il reste environ un millier de djihadistes à Raqa. Les combattants de l'EI contrôlent toujours une partie du nord et du centre de la ville, piégeant, selon l'ONU, 25.000 civils. La violence des combats avait notamment inquiété Amnesty International, estimant que les civils étaient pris au piège dans un "labyrinthe mortel".

Pas de dégâts archéologiques

En revanche, Tala Sello n'a pas expliqué quand les FDS, aidés par les bombardements de la coalition américaine, allaient pouvoir s'emparer de la totalité de la ville. Mais il a expliqué que les opérations se déroulent "selon le plan prévu". Début juillet, les FDS avaient réussi à effectuer une percée dans la vieille ville. Depuis, elles ont réussi à s'emparer de plusieurs quartiers de la ville.

Pour Maamoun Abdelkarim, directeur général des Antiquités et Musées de Syrie, cette libération est un "soulagement" : "Nous n'avons pas perdu ce vestige historique, le plus important de la vieille ville", explique-t-il, ajoutant que "les murailles sont les symboles de cette ville".