Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Syriens réfugiés en Touraine : le gendre de la famille accusé de trafic de clandestins en Grèce

jeudi 9 novembre 2017 à 5:44 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine

Le procès de Stéphane Pélissier aura lieu à Patras en Grèce aujourd'hui. Ce Français est poursuivi pour le crime de trafic de clandestins. Il risque 10 ans de prison. En 2015, il a décidé d'aller chercher la famille de sa femme en Grèce qui fuyait la guerre en Syrie. Il a été arrêté à Patras.

Stéphane Pélissier a tenté de ramener la famille syrienne de sa femme depuis la Grèce en 2015.
Stéphane Pélissier a tenté de ramener la famille syrienne de sa femme depuis la Grèce en 2015. © Maxppp - OLIVIER ARANDEL/LE PARISIEN

Indre-et-Loire, France

Stéphane Pélissier habite Albi dans le Tarn avec son épouse d'origine syrienne. Depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2010, la famille restée à Damas survit au harcèlement de différents groupuscules qui tentent de tirer profit du chaos qui s'installe : le père de famille, maire d'arrondissement à Damas est enlevé pendant 2 mois - il ne saura jamais par qui - puis viennent les bombardements, la famille voit sa maison détruite et doit se reloger tant bien que mal.

Sauvés de la noyade par les gardes-côtes grecs

Face à ces menaces et cette tension, la famille décide de quitter la Syrie pour trouver refuge en France où vivent déjà deux filles. Le père vend tout ce qu'ils possèdent pour réunir près de 15 000 dollars qui vont servir à payer les passeurs. Ils vont devoir marcher de nuit. Annas le fils de 17 ans sera blessé au dos, la mère va se casser le bras : pour traverser la Méditerranée, ils embarquent dans un zodiac en caoutchouc de 5 mètres de long. Ils sont 64 à bord : les naufragés ne devront leur salut qu'aux gardes-côtes grecs qui les sauvent de la noyade.

Pendant tout ce périple, la famille syrienne est en contact par téléphone avec Stéphane et son épouse dans le Tarn. Face aux périls et aux dangers qu'endurent les parents, leur fils, leur fille et leur neveu, Stéphane décide de partir en voiture en Grèce pour les ramener en France dans les meilleures conditions. Le voyage se déroule sans problème, la famille est donc réunie à Patras, mais au moment de l'embarquement sur le ferry, la police aux frontières grecs les arrête.

Installés en Touraine

Stéphane comparait devant un juge qui lui confisque son véhicule et lui signifie son inculpation pour crime de trafic de clandestins mais le laisse libre après paiement d'une caution de 300 euros. Il rentre alors en France en avion, pendant que la famille de sa femme poursuit comme des milliers d'autres réfugiés son périple à travers l'Europe pour arriver jusqu'en France.

En 2016, toute la belle-famille a obtenu le statut de réfugié* en France. Les beaux-parents de Stéphane sont désormais installés en Touraine où Annas le fils de 18 ans poursuit en première des études dans un lycée de Tours. Les parents eux apprennent le français pour s'intégrer dans leur nouvelle vie.

Restent les poursuites engagées contre leur gendre, Stéphane, par la justice grecque. Stéphane Pelissier ne se rendra pas à Patras pour comparaître devant ses juges. Il sera représenté par son avocate grecque. Il encourt 10 ans de prison.

_*Le terme de réfugié s'applique à toute personne craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner". (_article 1er A2 de la Convention de Genève du 28 juillet 1951) - Les personnes reconnues réfugiées sont placées sous la protection juridique et administrative de l'Ofpra ; elles bénéficient d'une carte de résident valable dix ans.