International

Attentats de Bruxelles - Un Lorrain raconte : "J'ai pris le métro à une station de Maelbeek"

Par Roxane Delaby, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu mardi 22 mars 2016 à 12:22

Explosion dans la station de métro de Maelbeek ce matin à Bruxelles
Explosion dans la station de métro de Maelbeek ce matin à Bruxelles © Maxppp - Maxppp

Yoann Antoine est choqué. Ce Lorrain de 26 ans travaille à Bruxelles. Ce mardi, il a pris le métro à une station seulement de là où a eu lieu l'une des explosions terroristes. Des attentats ont visé l'aéroport de Bruxelles et la station de métro de Maelbeek.

Après la triple explosion de Bruxelles ce mardi matin, Yoann Antoine est sous le choc. Ce Lorrain de 26 ans travaille dans la capitale belge depuis deux ans. Il vit à proximité de la station de métro Maelbeek où s'est produit l'un des attentats et il a pris le métro à une station du lieu de l'explosion. Il raconte à France Bleu Lorraine comment il a vécu cette matinée tragique.

"J'ai tout de suite envoyé un message à mes parents pour les rassurer " : dès qu’il a eu écho des premières explosions à l’aéroport, Yoann a immédiatement tenu à prévenir ses parents que tout allait bien pour lui. Il travaille dans une société d’événementiel et prend très régulièrement l’avion. Alors il s'est senti particulièrement concerné.

La semaine dernière, j’ai été cinq fois à l’aéroport et dans les deux mois à venir, je dois y retourner une dizaine de fois… »

Ce mardi matin, il a pris le métro pour se rendre au travail. C'est seulement en arrivant qu'il a appris qu’une troisième explosion avait eu lieu à la station Maelbeek, Yoann se trouvait seulement à une station de là. Il retrouve une collègue en pleurs, elle était à l’aéroport de Bruxelles, à une cinquantaine de mètres d’une des explosions.

L'info en continu : EN DIRECT - Attentats à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles : au moins 21 morts

Il règne actuellement une atmosphère particulière à Bruxelles. Depuis son bureau, situé en plein centre-ville, il voit très peu de monde dans les rues. Bruxelles risque de retrouver son statut de ville morte, comme il y a quatre mois à la suite des attentats de Paris.

Ce n'est pas facile, tous les métros sont fermés, on va de nouveau être dans une situation un peu spéciale … Il règne à Bruxelles une atmosphère particulière. Mais quelque part, c’était attendu. On sait maintenant que ça peut exploser à n’importe quel moment, mais il faut continuer à vivre ! »

Garder son sang froid, c’est l’état d’esprit aujourd’hui à Bruxelles. Dans la capitale belge, le niveau d'alerte terroriste a été relevé à son maximum. Les transports et les écoles sont fermés, la situation pourrait durer encore quelques jours.

  - Aucun(e)

Le témoignage de Yohann