Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Quatre Français condamnés à mort en Irak pour appartenance au groupe État islamique

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Quatre Français ont été condamnés à mort dimanche et ce lundi pour appartenance au groupe État islamique devant la cour de Bagdad. C'est un verdict inédit pour des ressortissants de ce pays, les quatre hommes ont 30 jours pour faire appel.

Les djihadistes avaient été arrêtés en Syrie par les soldats kurdes, avant d'être remis à l'Irak en février.
Les djihadistes avaient été arrêtés en Syrie par les soldats kurdes, avant d'être remis à l'Irak en février. © Maxppp - Chris Huby

C'est la première condamnation de ce type pour des ressortissants français, le Lotois Kévin Gonot, Léonard Lopez et Salim Machou ont été condamnés à mort ce dimanche par la cour de Bagdad pour appartenance au groupe État islamique (EI). Le Toulousain Mustapha Merzoughia, lui, été condamné à mort ce lundi. Les quatre Français, arrêtés en Syrie avant d'être transférés en Irak en février, ont 30 jours pour faire appel

La peine de mort pour quiconque rejoint une organisation terroriste

La loi irakienne prévoit la peine de mort pour quiconque a rejoint une organisation "terroriste", qu'il ait combattu ou non.  Jusqu'ici, trois Français ont déjà été reconnus coupables d'avoir rejoint l'EI en Irak et avaient été condamnés à la prison à perpétuité en Irak, alors que la France refuse la peine de mort.  

Les verdicts de dimanche pourraient relancer le débat sur la question du retour des jihadistes, qui suscitent un vif rejet dans l'opinion publique en Europe. Huit autres Français attendant encore d'être jugés en Irak.