International

L'un des journalistes français blessé à Mossoul dans l'explosion d'une mine est mort

Par Tifany Antkowiak, France Bleu lundi 19 juin 2017 à 18:50 Mis à jour le mardi 20 juin 2017 à 11:25

Mossoul, deuxième ville d'Irak, est le théâtre d'une bataille armée entre les troupes irakiennes et les djihadistes du groupe Etat islamique (EI).
Mossoul, deuxième ville d'Irak, est le théâtre d'une bataille armée entre les troupes irakiennes et les djihadistes du groupe Etat islamique (EI). © Maxppp - Matt Cetti-Roberts/LNP

Le journaliste Stéphan Villeneuve qui enquêtait pour l'émission "Envoyé Spécial" est mort. La veille, il avait été grièvement blessé par l'explosion d'un engin artisanal qui a coûté la vie à un autre journaliste, le Kurde Bakhtyar Haddad. Deux autres reporters français ont aussi été blessés.

Le journaliste français Stéphan Villeneuve et le "fixeur" irakien Bakhtiyar Addad, qui travaillaient pour plusieurs médias dont France Télévisions, sont morts après l'explosion d'une mine à Mossoul en Irak. La direction de l'information de France Télévisions a publié dans la nuit de lundi à mardi un communiqué : "La direction et les équipes de France Télévisions s'associent à la douleur de sa compagne Sophie, de ses quatre enfants, de sa famille et de tous ses proches. Elles leur présentent leurs plus sincères condoléances". L'Élysée a annoncé que Stephan Villeneuve était fait chevalier de la Légion d'honneur.

Reportage pour "Envoyé spécial" sur la bataille de Mossoul

Stéphan Villeneuve travaillait avec Véronique Robert, elle aussi blessée lors de l'explosion, pour #5bis Productions et préparaient un reportage sur la bataille de Mossoul en Irak pour l'émission "Envoyé spécial" de France 2. Ils ont été pris en charge dans l'hôpital d'une base militaire américaine.

"Deux journalistes, un Français et un Kurde, tués à Mossoul en Irak. Consternation de RSF", a réagi RSF sur Twitter ce mardi.

Les civils utilisés "comme boucliers humains" selon l'ONU

Le dernier journaliste blessé est Samuel Forey, qui travaille pour plusieurs médias. Sur Twitter, il a indiqué qu'il allait bien, et fait part de sa tristesse après la mort du "fixeur" irakien.

Ces journalistes accompagnaient les forces spéciales irakiennes lors d'une bataille pour reconquérir la deuxième ville d'Irak des mains du groupe Etat islamique (EI), où quelque 100.000 civils sont "retenus comme boucliers humains" par les jihadistes, selon l'ONU.

→ Et aussi - Véronique Robert, la journaliste blessée par une mine en Irak, est morte