International

Ukraine : mandat d'arrêt pour "meurtres de masse" contre Viktor Ianoukovitch

Par Thibaut Lehut, France Bleu lundi 24 février 2014 à 10:44 Mis à jour le lundi 24 février 2014 à 14:23

Viktor Ianoukovitch, le président ukrainien destitué
Viktor Ianoukovitch, le président ukrainien destitué © MaxPPP

Le président ukrainien, déchu ce week-end, est recherché par les nouvelles autorités du pays qui ont lancé un mandat d'arrêt contre lui lundi. Ces dernières réclament par ailleurs de l'aide à la communauté internationale pour sortir de la crise, notamment sur le plan financier. La Russie refuse, de son côté, de reconnaître le pouvoir intérimaire.

Une nouvelle ère s'ouvre pour l'Ukraine ce lundi, après des semaines marquées par de violents affrontements et la chute du président Viktor Ianoukovitch. Mais "le jour d'après" comporte de nombreuses zones d'ombre pour le pays, sur le plan politique et économique.

Trouver Ianoukovitch

Pour lui, la partie semble définitivement terminée. Le nouveau pouvoir intérimaire a en effet lancé ce lundi un mandat d'arrêt contre l'ex-président Viktor Ianoukovitch pour "meurtres de masse". Destitué samedi par le Parlement, l'ancien chef d'Etat est introuvable.

Celui qui qualifiait le vote du Parlement de "coup d'Etat" à la télévision ce week-end est accusé d'être le responsable de la mort de 82 personnes la semaine dernière lors des violences. Se cache-t-il dans l'est du pays, plutôt acquis à sa cause ? Est-il passé en Russie ? Le mystère demeure.

Eviter le "défaut de paiement"

La première urgence, pour le pays, est de ne pas sombrer dans le chaos économique. La Russie a suspendu jeudi dernier les 15 milliards de dollars qu'elle avait proposé de verser au pays, en raison des événements. Le ministre des Finances par intérim a du coup annoncé lundi que l'Ukraine aurait besoin de "35 milliards de dollars en 2014-2015". Il en appelle désormais à la communauté internationale et propose "aux partenaires occidentaux d'organiser une grande conférence de donateurs avec l'Union européenne, les Etats-Unis et le FMI", entre autres.Si le pays ne renfloue pas ses caisses, c'est le "défaut de paiement" qui menace, a estimé le président par intérim. Avec en toile de fond la menace de partition du pays.

Rassembler les Ukrainiens

Car c'est la deuxième urgence. L'Ukraine, divisée entre les russophones à l'est, et une population davantage tournée vers l'Occident à l'ouest, est menacée de partition. Les nouvelles autorités ont donc annoncé qu'un gouvernement intérimaire serait formé au plus vite, en attendant l'élection présidentielle du 25 mai. Reste que le président par intérim a réaffirmé que l'Ukraine devait prendre le chemin de l'intégration européenne. Pas certain que sa position soit partagée par l'ensemble des Ukrainiens, d'autant que la Russie a menacé ce lundi d'augmenter ses droits de douane si Kiev faisait un pas vers l'Europe, et a annoncé qu'elle considérait le pouvoir intérimaire comme une "aberration".Conscients de la menace d'une scission, les dirigeants occidentaux ont en tout cas multiplié dimanche les appels au respect de "l'unité et l'intégrité territoriale du pays".

Ukraine : les phases d'évolution depuis l'indépendance - Aucun(e)
Ukraine : les phases d'évolution depuis l'indépendance

Partager sur :