Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Un ancien espion russe et sa fille retrouvés empoisonnés dans un centre commercial en Angleterre

mardi 6 mars 2018 à 15:23 Par Marina Cabiten, France Bleu

Un ex-agent double russe a été empoisonné, ainsi que sa fille, a confirmé mardi le gouvernement britannique. Ils sont hospitalisés, et les autorités préviennent que si un État est derrière cette attaque sur son sol, cela ne restera pas sans réponse.

Boris Johnson, ministre britannique des Affaires étrangères, a confirmé l'identité de l'ex-espion russe.
Boris Johnson, ministre britannique des Affaires étrangères, a confirmé l'identité de l'ex-espion russe. © AFP - Handout

Pendant près de dix ans, Sergueï Skripal a transmis aux services britanniques des informations sur l'armée russe avant d'être démasqué. Réfugié en Angleterre à l'issue d'un échange d'espions retentissant, il y a été empoisonné avec sa fille de 33 ans. Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a confirmé mardi l'identité des victimes d'une substance inconnue à Salisbury. 

Un agent double condamné pour trahison en Russie

Ils ont été retrouvés inconscients dans un centre commercial dimanche, selon le ministre qui a assuré que "si l'enquête démontre la responsabilité d'un Etat, le gouvernement répondra de façon appropriée et ferme."

Sergueï Skripal avait connu une longue carrière au sein du GRU, les redoutés services de renseignements de l'armée russe, jusqu'à en devenir colonel. Sa position privilégiée avait attiré l'attention des services de renseignements britanniques, qui l'avaient recruté à partir de 1995 selon ses déclarations à la justice russe. Il avait été condamné en Russie en 2006 à 13 ans de camp à régime sévère, pour trahison. 

Au terme d'un échange historique d'espions en 2010, le plus important depuis la fin de la Guerre froide, il s'est réfugié en Angleterre où il menait une vie discrète. 

"Aucune information" au Kremlin

Moscou a assuré n'avoir "aucune information". Mais les révélations sur un possible empoisonnement ont fait ressurgir le souvenir de l'affaire Litvinenko, du nom d'un ex-agent des services secrets russes (FSB) et opposant à Vladimir Poutine, empoisonné en 2006 à Londres au polonium-210, une substance radioactive extrêmement toxique. Une enquête menée en Grande-Bretagne avait mis en cause les autorités russes, concluant que Vladimir Poutine, avait "probablement approuvé" l'homicide de l'ex-espion, une mise en cause qualifiée de "blague" par Moscou. 

Dans le cas de Sergueï Skripal, "il est peu probable que les services secrets aient pu souhaiter le tuer, il n'était personne, à la différence de Litvinenko avec qui il était possible de créer un scandale politique très sérieux, ce qui s'est produit", a estimé Alexandre Mikhaïlov, général de réserve des services de renseignement russes du FSB.