Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un an après le Brexit, des Anglais en Béarn veulent devenir Français

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Un an après le "Brexit", le nombre de demandes de naturalisation des ressortissants britanniques en France a triplé. Témoignage d'une Béarnaise d'adoption qui a demandé sa naturalisation.

Jacqueline Witters, anglaise installée en Béarn a décidé de passer le cap et de demander sa naturalisation après le Brexit
Jacqueline Witters, anglaise installée en Béarn a décidé de passer le cap et de demander sa naturalisation après le Brexit © Radio France - Margaux Stive

Jacqueline Witters se souvient parfaitement du jour où ses compatriotes ont voté oui au référendum pour le Brexit. Elle vit depuis 13 ans à Gan, mais ce jour-là elle était à Londres pour quelques jours. Sous le choc, elle commence quelques semaines plus tard les démarches pour être naturalisée française.

Trois fois plus de demande de naturalisation en un an

Jacqueline Witters est loin d'être la seule à avoir pris cette décision. En 2016, l'année du Brexit, 1363 ressortissants britanniques ont demandé leur naturalisation. C'est trois fois plus que l'année précédente. Dans les Pyrénées-Atlantiques, 23 britanniques installés chez nous ont demandé des titres de séjours depuis le moins de janvier 2017, en 2016 ils étaient 49 sur toute l'année. Et cela n'étonne pas Jaqueline Witters. Installée depuis 13 ans à Gan avec sa famille, elle pensait depuis plusieurs années à demander une naturalisation, mais c'est le Brexit qui l'a poussée à passer le cap. "Je voulais rester européenne, explique Jacqueline, qui ne comprend toujours pas cette décision "stupide" de ses compatriotes, une décision dont elle a "honte" encore aujourd'hui.

Une démarche longue et coûteuse

Cela fait déjà cinq mois que Jacqueline entreprend toutes les démarches. Entre les papiers à retrouver, les documents à rapatrier et à faire traduire, cela prend du temps et cela lui a coûté presque 500 euros. C'est pour cela que pour le moment seule Jacqueline a déposé sa demande dans son entourage. Mais elle le reconnait, tous les Anglais installés comme elle en Béarn "en parlent tout le temps", et hésitent à passer, comme elle, le pas.

Jacqueline Witters est en Béarn depuis 13 ans, elle a décidé après le Brexit de demander sa naturalisation

Choix de la station

À venir dansDanssecondess