International

Fragile cessez-le-feu en Syrie sous l'égide de la Russie et la Turquie

Par Marina Cabiten, France Bleu jeudi 29 décembre 2016 à 16:54 Mis à jour le vendredi 30 décembre 2016 à 7:15

Vladimir Poutine a annoncé un cessez-le-feu en Syrie
Vladimir Poutine a annoncé un cessez-le-feu en Syrie © AFP - Ivan Sekretarev

Le Président russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu en Syrie à partir de minuit, et un accord entre le régime de Bachar al-Assad et la rébellion pour mener des pourparlers de paix avec la Turquie et l'Iran. Il est entré en vigueur à 23h heure française.

"Un événement s'est passé il y a quelques heures" a déclaré jeudi Vladimir Poutine, le Président russe, annonçant ainsi un cessez-le-feu en Syrie qui a débuté aux alentours de minuit jeudi. Le cessez-le-feu a été globalement respecté vendredi matin, seuls quelques accrochages isolés étant signalés.

Négociations de paix sous l'égide de puissances régionales

"Trois documents ont été signés", a précisé Vladimir Poutine, "un premier entre le gouvernement syrien et l'opposition armée sur un cessez-le-feu sur l'ensemble du territoire syrien", un deuxième sur la mise en place de mesures visant à contrôler le respect de la trêve. Et "le troisième document est une déclaration sur la volonté (des parties au conflit, ndlr) de lancer des négociations de paix sur le règlement syrien".

Dans ce conflit qui dure depuis six ans, le régime de Bachar Al-Assad est soutenu par la Russie et l'Iran, et la Turquie apporte son soutien aux rebelles. C'est sous l'impulsion de ces trois puissances étrangères que cette nouvelle phase a débuté il y a quelques jours, après la reprise d'Alep par l'armée syrienne.

Plusieurs accords de cessez-le-feu ont déjà été conclus, négociés par Washington et Moscou, mais ont rapidement achoppé. En revanche, c'est la première fois que la Turquie en parraine un. Cette trêve a par ailleurs été obtenue sans la participation des Etats-Unis, qui se sont désengagés de fait du dossier depuis la chute d'Alep et l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche.

Retrait partiel des forces russes annoncé

Quinze mois après le début de l'intervention militaire, Vladimir Poutine a par ailleurs annoncé une "réduction" de son contingent militaire en Syrie, tout en soulignant que le désengagement n'était pas total et que son pays allait "poursuivre absolument la lutte contre le terrorisme international" et "soutenir le gouvernement légitime syrien" dans cette lutte.

Depuis le début de la guerre en mars 2011, le conflit en Syrie a fait plus de 310.000 morts et poussé des millions de Syriens à l'exil.

  - Visactu
© Visactu