Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Un Corse au Brésil de Bolsonaro

lundi 29 octobre 2018 à 5:28 Par Hélène Battini, France Bleu RCFM

Au lendemain du second tour de scrutin présidentiel au Brésil, remporté par le leader d'extrême droite Jair Bolsonaro, RCFM vous propose d'appréhender la situation dans ce pays à travers le regard d'un Corse, expatrié là-bas depuis plusieurs années, Éric Battistelli.

Jair Bolsonaro
Jair Bolsonaro © Maxppp - maxppp

Corse, France

Éric Battistelli, photographe de profession, a récemment bénéficié du soutien de l'assemblée de Corse via une motion adoptée à l'unanimité et qui dénonce les menaces de mort qui pèse sur lui. Malgré une communication très restreinte et sécurisée, nous avons pu le joindre. Montée du racisme, actes homophobes, répression, il évoque ce climat plus que tendu dans un entretien avec Hélène Battini. 

Un véritable Apartheid 

« Depuis la destitution de Dilma Rousseff il y a un peu plus de deux ans et demi il y a une montée des gens que représente Bolsonaro : montée du racisme, attaques homophobes… les grands propriétaires ont des esclaves, les évangélistes manipulent les plus pauvres, Bolsonaro c’est la dernière étape de la fusée pour le contrôle total des blancs sur le reste de la population. »

Jair Bolsonaro - Maxppp
Jair Bolsonaro © Maxppp - maxppp

Une prise de pouvoir insidieuse

_« Au lendemain de la destitution de Dilma Rousseff le 31 août 2016, le vice-président engage l’arrêt de l’aide de base pour la survie des plus pauvres, la Bolsa Família…Bolsonaro a dit : "_on a fait une erreur sous la Junte. On a trop torturé et pas assez tué. Si je vois des homosexuels dans la rue je les frappe, son bras droit le pasteur Feliciano lui a dit les noirs sont maudits c’est écrit dans la bible…les chiffres donnés en France sont faux il y a encore trois jours un travesti s’est fait abattre en plein São Paulo. »

Aucun contre-pouvoir  

« Il veut attaquer l’Amazonie, il me semble que cela touche tout le monde. Quand certains journaux le comparent… non ce n’est ni Orban, ni Trump , ni Salvini qui ont des contre-pouvoirs !  Ronaldinho le soutient, quand un footballeur comme ça dit je vais voter cela attire du vote… »

Le soutien de la Corse 

« Cela a énormément de poids, je remercie Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni, j’ai été très touché, ému, au-delà de ça _les Brésiliens connaissent la Corse, Dilma Roussef parlait de la constitution de Paoli_…mais pour conclure je reste étonné que le monde entier voit ça et ne fasse rien. »