Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : un couple de Drômois coincé au Pérou avec ses enfants de cinq ans et trois mois

Par

Une famille drômoise comptait prendre le dernier vol entre Lima et Paris, pour rentrer en France, comme l'y avait incité l'ambassade. Mais il n'y a finalement plus de place dans l'avion qui doit décoller ce mercredi. Le couple reste au Pérou avec ses deux enfants en bas âge, sans aucune solution.

La famille Rostaing est repartie au Pérou début février. La famille Rostaing est repartie au Pérou début février.
La famille Rostaing est repartie au Pérou début février. - Famille Rostaing

En pleine crise du coronavirus, le dernier vol de rapatriement Lima-Paris doit partir ce mercredi. Mais Elodie et Hugo Rostaing et leurs deux enfants, Léon âgé de cinq ans et Margaux âgée de trois mois, ne pourront pas monter à bord.

Publicité
Logo France Bleu

Cette famille de voyageurs, originaire de Romans dans la Drôme, est passionnée par l'Amérique Latine. Le couple était rentré en France en septembre 2019, pour la fin de la grossesse d'Elodie, et c'est à quatre qu'ils sont repartis début février, alors que la crise du coronavirus n'avait pas encore éclaté.

Avec l'arrivée du Covid-19, le confinement a été mis en place dans ce pays le 16 mars, 24 heures plus tôt qu'en France. La famille voyage en véhicule aménagé mais elle avait trouvé une commune où s'arrêter : Huaran, dans la vallée sacrée des Incas, à un millier de km de Lima, la capitale. Une famille qui tient une auberge (fermée pendant le confinement) a accepté de les accueillir jusqu'à la fin d'année s'il le fallait, contre quelques travaux aux champs et dans la maison. 

La famille voyage au Pérou en pick-up aménagé. - Famille Rostaing

L'ambassade conseille de rentrer

Sauf qu'en fin de semaine dernière, l'ambassade de France les a contactés pour leur annoncer que l'espace aérien allait être fermé. Elle conseillait à ces parents, de prendre le dernier vol pour Paris, avec leurs jeunes enfants. Une fois qu'elle a eu connaissance de la date de ce vol, le 22 avril (à 20h heure française), Elodie a immédiatement fait une demande d'autorisation de circuler

Les Drômois avaient déjà parcouru 700 km quand ils ont appris qu'ils n'auraient certainement pas de place dans l'avion. - Famille Rostaing

Les quatre Drômois ont pris la route lundi dernier. N'ayant toujours pas de nouvelles de l'ambassade sur les modalités du voyage, elle a envoyé un mail, lundi soir, lors d'une escale à Nazca, après avoir parcouru 700 km. La réponse a fait l'effet d'une douche froide: "On nous a écrit qu'il était peu probable qu'il y ait de la place pour nous dans l'avion". Impossible de rester dans cette ville, où les étrangers, accusés par la population d'avoir importé le Covid-19, ne sont pas les bienvenus. Ce mardi, ils reprennent donc la route jusqu'à Lima, et apprennent, c'est officiel, qu'ils ne figurent pas sur la liste des passagers pour rentrer à Paris. Plusieurs centaines de Français seraient dans le même cas qu'eux. "On m'a expliqué qu'il aurait fallu s'inscrire sur le site de l'ambassade. Ils avaient mis en place un recensement. Mais on n'a jamais eu cette consigne", assure Elodie.

"On se sent abandonnés" - Elodie Rostain

loading

Pour cette nuit, des connaissances leur ont prêté un petit appartement... mais ils ne savent ce qu'ils vont devenir ces prochains jours. L'ambassade de France ne leur propose aucune solution. "On nous a mal conseillés, estime Elodie Rostaing. Ils savaient certainement déjà, alors qu'on n'avait pas encore quitté Huaran, qu'on ne pourrait pas monter dans l'avion. Sauf que là-bas, on était en sécurité__. Ici, on ne l'est pas. Les gens se méfient des étrangers, et nous nous retrouvons dans la seule ville du Pérou, ou presque, où il y a des cas de coronavirus".

Aucune issue ne se dessine pour l'instant. "Vu que l'espace aérien ferme jusqu'à nouvel ordre, on n'a aucune notion d'un retour en France possible dans les jours, les semaines, les mois à venir... on ne sait pas". Elodie, Hugo, Léon et la toute toute jeune Margaux sont donc coincés à Lima, car sans autorisation de circuler, ils ne peuvent pas non plus retourner à Huaran.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu