Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
International

Un Lotois condamné à mort en Irak pour appartenance à Daesh

-
Par , France Bleu Occitanie

La Cour de Bagdad (Irak) a condamné à mort trois Français pour appartenance au groupe Etat Islamique ce dimanche. Parmi eux, Kévin Gonot, originaire du Lot.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - MURTAJA LATEEF/EPA/Newscom/MaxPPP

Occitanie, France

Selon l'AFP, trois Français ont été condamnés à mort dimanche pour appartenance au groupe Etat islamique (EI), un verdict inédit pour des ressortissants de ce pays.  

Kévin Gonot devenu Abou Sofiane 

Kévin Gonot, âgé de 32 ans, est né à Figeac. Se faisant appelé "Abou Sofiane", il avait été arrêté en Syrie aux côtés de son demi-frère, sa mère et son épouse et une nièce des frères Clain. Les frères Clain, Fabien et Jean-Michel, avaient eux revendiqué les attentats de novembre 2015. Tués récemment en Syrie. 

L'AFP précise que Kévin Gonot est entré illégalement en Syrie via la Turquie selon ses dires. Il a rejoint le Front al-Nosra (ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie) avant de prêter allégeance au "calife" de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi. Celui qui se faisait appeler Abou Sofiane au sein de l'EI a indiqué avoir été blessé au ventre lors de la bataille de Kobané, en Syrie, en 2015.  Il a assuré au juge avoir ensuite été transféré à Mossoul, la "capitale" de l'EI en Irak de 2014 à 2017 pour y être hospitalisé et non pour y combattre.  En France, il a déjà été condamné en son absence à neuf ans de prison, selon le Centre d'analyse du terrorisme (CAT) à Paris.

Selon la loi irakienne, les trois condamnés à mort ont 30 jours pour faire appel.