Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Séismes et tsunamis en Indonésie

PHOTOS - Indonésie : le bilan du tsunami s'alourdit à 281 morts

dimanche 23 décembre 2018 à 10:00 - Mis à jour le dimanche 23 décembre 2018 à 18:05 Par Isabelle Lassalle, France Bleu

Un tsunami a déferlé samedi soir sur les plages du détroit indonésien de la Sonde après une éruption volcanique. Le bilan provisoire fait état d'au moins 281 morts, un millier de blessés et 57 disparus.

Les dégâts sont très impressionnants, comme ici au kabupaten de Pandeglang.
Les dégâts sont très impressionnants, comme ici au kabupaten de Pandeglang. © Maxppp -

Au moins 281 personnes ont été tuées et un millier de blessées par un tsunami qui a déferlé samedi soir, vers 21h30, sur les plages du détroit indonésien de la Sonde après une éruption volcanique. La vague a emporté des centaines de bâtiments sur son passage, entre les îles de Java et Sumatra. Elle a surgi après l'éruption du volcan Anak Krakatoa, selon Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence nationale de gestion des catastrophes. 

Les secouristes recherchent des survivants à travers les débris. Sur les réseaux sociaux, des images dramatiques montrent un mur d'eau qui s'abat sur un concert en plein air donné par le groupe pop "Seventeen". Les musiciens sont projetés hors de la scène par la vague qui se propage parmi les spectateurs. Des images de la télévision montrent un amoncellement de détritus divers, plaques de toitures en ferraille ou morceaux de bois sur la plage de Carita, site touristique populaire de la côte ouest de Java. Le sol est jonché de débris et des arbres ont également été déracinés.

Dans un premier temps, les autorités avaient déclaré que la vague n'était pas un tsunami, mais une simple marée montante et avaient appelé la population à ne pas céder à la panique. "C'était une erreur, nous sommes désolés", a admis ensuite M. Nugroho.

Aucun ressortissant français signalé

"Aucun ressortissant français n’a été signalé à ce stade parmi les victimes" du tsunami qui a frappé l'Indonésie samedi soir, annonce dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères. Le centre de crise du ministère "est pleinement mobilisé et notre ambassade suit la situation en contact étroit avec les autorités indonésiennes", précise le texte. Il indique également que "La France se tient à la disposition des autorités indonésiennes pour répondre aux éventuels besoins d'assistance qu'elles pourraient formuler". Par ailleurs, "la France exprime ses condoléances aux familles des victimes et toute sa solidarité aux autorités et au peuple indonésien face à ce drame".

Un bilan qui risque encore de s'alourdir

Selon les autorités, le tsunami a pu être déclenché par une marée montante anormale due à la nouvelle Lune, conjuguée à un glissement de terrain sous-marin provoqué par l'éruption de l'Anak Krakatoa, petite île qui sépare Java et Sumatra. "La combinaison (des deux facteurs) a causé un tsunami soudain qui a frappé les côtes", a expliqué M. Nugroho, en ajoutant que l'agence géologique indonésienne menait une enquête pour savoir ce qui s'est passé exactement. Il a également prévenu que le bilan humain risquait encore de s'alourdir.

L'Indonésie se trouve sur une zone de forte activité sismique. Le 28 septembre, un tremblement de terre de magnitude 7,5 et le raz-de-marée qui a suivi avait dévasté la ville de Palu, située sur la côte ouest des Célèbes, et ses environs, faisant au moins 2.073 morts. Mais 5.000 autres personnes sont toujours disparues, la plupart enterrées sous les décombres de bâtiments détruits. En 2004, un tsunami provoqué par un séisme de 9,3 au large de Sumatra avait tué 220.000 personnes sur les côtes de l'océan Indien, dont 168.000 en Indonésie.

Des habitations détruites, de très nombreux dégâts

Des bâtiments endommagés et des débris absolument partout à Carita, dimanche, après le passage du tsunami la veille à la suite d'une éruption du volcan Anak Krakatoa.

  - AFP
© AFP - Azwar Ipank
  - AFP
© AFP - Azwar Ipank
  - AFP
© AFP - RONALD
  - AFP
© AFP - RONALD
  - AFP
© AFP - RONALD
  - AFP
© AFP - RONALD