Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Une Nordiste dont la fille et les petits-enfants sont en Syrie reçoit une réponse d'Emmanuel Macron : "Un premier pas"

lundi 14 janvier 2019 à 17:46 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu

Le collectif "Familles unies", dont les enfants sont partis en Syrie, vient de recevoir une réponse d'Emmanuel Macron, après avoir sollicité le chef de l'Etat à de multiples reprises. C'est une habitante de Libercourt, près de Lens, qui a reçu le courrier de l'Elysée.

Lydie Maninchedda, habitante de Libercourt, dans le Pas-de-Calais, se bat au sein du collectif Familles unies. Sa fille est en Syrie depuis quatre ans.
Lydie Maninchedda, habitante de Libercourt, dans le Pas-de-Calais, se bat au sein du collectif Familles unies. Sa fille est en Syrie depuis quatre ans. © Radio France - Cécile Bidault

Libercourt, France

Nous avons déjà évoqué le combat d'une mère de Libercourt, près de Lens, dont la fille est partie en Syrie, il y a plus de quatre ans, après avoir été embrigadée par un Allemand qui l'a convaincue de rejoindre Daesh. Lydie Maninchedda milite dans le collectif Familles unies, qui regroupe ces familles françaises qui essaient de faire revenir leurs proches.

Pour la première fois, au début du mois de janvier, elle a reçu un courrier de l'Elysée. Le cabinet d'Emmanuel Macron répond à l'une de ses sollicitations. En quelques lignes, le cabinet du président de la République accuse réception de ses inquiétudes, et de celles du collectif. "C'est un premier pas", estime Lydie Maninchedda, "mais ce n'est pas suffisant. Ce n'est pas une réponse à nos demandes. On a donc écrit une nouvelle lettre, pour demander une audience à Monsieur Macron".

ECOUTEZ : Lydie Maninchedda estime que cette lettre de l'Elysée est un premier pas.

Faire rentrer femmes et enfants

Sa demande : que l'Etat français agisse, pour faire rentrer, non seulement les enfants, "qui sont des innocents, qui n'ont pas demandé à naître là-bas", mais aussi leurs mères. "Demander à une maman de se séparer de son enfant, c'est inhumain", explique-t-elle. Lydie Maninchedda affirme que sa fille ne "se soustraira pas à la justice française".

Sans nouvelles depuis trois mois

Cela fait trois mois que la Nordiste est sans nouvelles de sa fille, qui se trouve dans la zone du Levant, proche de l'Irak. Une zone toujours tenue par Daesh, bombardée par la coalition internationale, pour lutter contre les djihadistes. "Cette zone est pilonnée", affirme-t-elle, "les villages sont bombardés les uns après les autres. Les bombes tombent sur des maisons où se trouvent des femmes et des enfants. Parfois, je me dis que ma fille est peut-être morte".

ECOUTEZ : les inquiétudes de Lydie Maninchedda, sans nouvelles de sa fille depuis trois mois

Continuer à vivre, à espérer

Pourtant, Lydie Maninchedda veut garder espoir. La dernière fois qu'elle a parlé à sa fille, il y a trois long mois, la jeune femme disait regretter d'être partie. "C'est très long, trois mois", raconte cette mère, "c'est une souffrance au quotidien, c'est continuer à vivre, continuer à espérer".

ECOUTEZ : rencontre avec Lydie Maninchedda