Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

International

Une trentaine de réfugiés syriens accueillis depuis juillet en Sud Ardèche

mercredi 31 août 2016 à 6:13 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche

Huit familles syriennes, pour la plupart en provenance d'Alep, sont accueillies depuis le mois de juillet à Aubenas et à Largentière (Ardèche). Elles commencent ici une nouvelle vie après des années de guerre et de camps de réfugiés.

Malek, un des réfugiés syriens d'Aubenas
Malek, un des réfugiés syriens d'Aubenas © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Aubenas, France

Malek a 28 ans. Il est parti quelques mois après le début de la guerre en Syrie. Et pourtant, il se rappelle des contrôles de plus en plus fréquents, des arrestations et puis des bombardements. Impossible de vivre dans un pays en guerre dit-il. Et tous ont le même ressenti. Certains d'ailleurs sont incapables d'évoquer ces souvenirs de guerre. De nombreux de leurs proches ont été tués. Leurs maisons ont été détruites. Une seule solution pour eux: partir.

L'association Forumréfugiés gère l'installation des syriens en Sud Ardéche  - Radio France
L'association Forumréfugiés gère l'installation des syriens en Sud Ardéche © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Une association pour les guider en France

L'association Forumréfugiés a délégué des salariés pour prendre en charge ces familles qui, pour la plupart, ne parlent que l'arabe. Il s'agit de les aider d'abord en organisant des cours de conversations françaises. C'est ce qui a été fait cet été avec des bénévoles.  Ils vont passer maintenant à l'alphabétisation avant d'être orientés vers un emploi. Mais la route est longue. Ce sont des familles très choquées qui sont arrivées en juillet. Il faut déjà qu'elles puissent se reconstruire. Tous en tout cas veulent rester en France. C'est ici qu'ils voient leur avenir.