Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

VIDÉO - Le chef du gouvernement d'Andorre Antoni Martí plaide pour une solution politique en Catalogne

mardi 1 mai 2018 à 21:57 Par Sébastien Berriot, France Bleu Roussillon

Dans une interview accordée à France Bleu Roussillon, le chef du gouvernement de la Principauté d'Andorre Antoni Martí se dit favorable à une solution politique en Catalogne, même s'il refuse de condamner l'incarcération des dirigeants indépendantistes de l'autre côté de la frontière andorrane.

Le chef du gouvernement de la Principauté d'Andorre Antoni Marti
Le chef du gouvernement de la Principauté d'Andorre Antoni Marti © Radio France - Fred Lienard

La Principauté d'Andorre, seul pays au monde à avoir le Catalan pour langue officielle, suit de très prés la crise politique qui secoue la Catalogne depuis plusieurs mois. L'Andorre est frontalière de la Catalogne et les liens sont très étroits.

Pas de condamnation

A plusieurs reprises ces dernières semaines, des militants favorables à l'indépendance catalane ont manifesté en Andorre, mais  sur un sujet aussi sensible et pour ne pas froisser Madrid, le chef du gouvernement andorran Antoni Martí refuse de condamner l'attitude de la justice espagnole et la mise en détention de plusieurs dirigeants indépendantistes catalans. 

Il est évident qu'il faut une solution politique en Catalogne

Dans un entretien qu'il a accordé à France Bleu Roussillon, Antoni Martí explique vouloir respecter la séparation des pouvoirs entre le politique et le judiciaire. "Si je ne commente pas des décisions judiciaires en Andorre, dit il, je ne vais pas le faire pour d'autres pays".

Le chef du gouvernement Andorran  se contente de plaider pour une solution politique en Catalogne.