Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : 75e anniversaire du Débarquement

VIDÉO - le vrai du faux du D-Day : les Alliés ont volontairement coulé leurs bateaux ?

Vrai ou Faux ? Les Alliés ont volontairement coulé leurs bateaux ? Et bien c'est vrai. Ils voulaient créer des digues au large du littoral normand pour protéger les plages.

Les Alliés ont délibérément coulé leurs bateaux. C'est vrai. Et c'est ce que l'on appelle en anglais des blockships. On pourrait le traduire par "navires de coulage". 

Cela consiste donc à couler des vieux navires pour former au large du littoral normand des brises-lames, des digues pour protéger la plage et permettre l'arrivée de bateaux de transport des troupes et de matériels. 

Car après l'échec du raid de Dieppe en 1942, les Alliés ont compris qu'ils ne pourraient pas prendre les ports solidement défendus par les nazis pour débarquer. Les Britanniques, Churchill en tête, ont alors eu l'idée de ces blockships. 

Les bateaux de guerre en question étaient stockés en Ecosse et au Sud de l'Angleterre. Ils ont entrepris leur traversée de la Manche à partir du 7 juin 44. C'est ainsi que le cuirassé français Le Courbet, utilisé pendant la Première Guerre mondial, a été coulé au large de Hermanville et d'Ouistreham. 

Ces navires volontairement immergés, une soixantaine, viennent alors renforcer les Phoenix, ces énormes caissons en béton qui pèsent de 1.500 à 7.000 tonnes.  

Ces blockships ont ainsi permis de construire les ports artificiels

C'est le projet Mulberry. Mulberry A en zone américaine à Omaha Beach. Mulberry B en zone britannique face à Gold. La construction de ces ports artificiels a commencé le 7 juin 1944. Les caissons de béton fabriqué de l'autre côté de la Manche sont coulés. 

On en voit encore aujourd'hui sur la plage d'Arromanches qui fut en fait le seul à être opérationnel. Le port artificiel d'Omaha ayant été détruit par une tempête quelques jours seulement après le Débarquement, le 19 juin 1944. 

Le Royaume-Uni a dû fournir un effort industriel conséquent pour ces ports artificiels. 45.000 personnes ont travaillé sur ce projet. 300.000 mètres cubes de béton ont été nécessaires. 

15 km de routes flottantes sont ensuite construites pour permettre la circulation des convois. Le port artificiel d'Arromanches est en mesure de traiter 7.00 tonnes par jour, début juillet 44 pour atteindre un rendement quotidien de près de 20.000 tonnes à la fin du mois.