Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Référendum en Catalogne

VIDÉO - Référendum en Catalogne : un mois de tension entre les indépendantistes et Madrid

vendredi 29 septembre 2017 à 18:01 Par Isabelle Lassalle, France Bleu Roussillon et France Bleu

En juin 2017, un référendum sur l’indépendance de la Catalogne est officiellement annoncé pour le 1er octobre malgré la ferme opposition de Madrid. Moins de quatre semaines avant le scrutin, la tension monte entre les séparatistes et le gouvernement espagnol.

Septembre 2017, un mois tendu entre les indépendantistes et Madrid.
Septembre 2017, un mois tendu entre les indépendantistes et Madrid. © Maxppp -

Le 6 septembre 2017, le Parlement de Catalogne vote la loi pour l'organisation du référendum d'autodétermination le 1er octobre, malgré son interdiction par Madrid. Le lendemain, la Cour constitutionnelle espagnole suspend le texte.

Dans la nuit, le Parlement catalan adopte en accéléré la loi dite « de transition juridique, fondatrice de la République » catalane, qui serait activée en cas de victoire du « oui » au référendum. C’est le début d’un mois de tension entre des indépendantistes et Madrid.

Comme chaque année, le 11 septembre lors de la « Diada », fête de la Catalogne, manifestation massive dans la rue pour l'indépendance. Deux jours plus tard, le parquet général d'Espagne menace les maires prêts à organiser le référendum d'autodétermination illégal.

Manifestations, saisies et convocations

Le 16 septembre, plus de 700 des 948 maires de Catalogne manifestent à Barcelone et affirment leur détermination à organiser le référendum, malgré les poursuites judiciaires.

À partir du 19 septembre, une quarantaine de maires de Catalogne sont convoqués par la justice pour s'expliquer sur leur participation à l'organisation du référendum. La garde civile arrête treize hauts responsables catalans le 20 septembre et saisit près de dix millions de bulletins de vote. Des milliers de Catalans descendent dans la rue.

Dernière semaine sous tension

Le lundi 25 septembre, la justice espagnole ordonne la mise sous scellé des bureaux de vote. Le mercredi, la police catalane s’inquiète des troubles possibles si elle applique la décision du parquet. Le lendemain, plus de 10.000 étudiants manifestent à Barcelone pour soutenir la tenue du référendum.

Si le gouvernement espagnol a réussi à compliquer sérieusement l’organisation du référendum, il a aussi resserré les rangs contre lui en Catalogne. Référendum ou pas ? Verdict dimanche 1er octobre.