Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences au Proche-Orient : l'association berruyère Medina s'inquiète du sort des enfants de Gaza

-
Par , France Bleu Berry

L'association Medina, basée à Bourges, intervient dans la bande de Gaza depuis 2009. Face aux affrontements de ces derniers jours, elle appelle à l'arrêt des violences et s'inquiète particulièrement du sort des enfants qui vivent dans l'enclave palestinienne.

Photo prise à Gaza jeudi 13 mai après la destruction d'un immeuble frappé par l'armée israélienne
Photo prise à Gaza jeudi 13 mai après la destruction d'un immeuble frappé par l'armée israélienne © Maxppp - Ahmed Zakot

Depuis 2009, l'association berruyère Medina mène plusieurs projets humanitaires dans la bande de Gaza. Elle a notamment mis sur pied une équipe mobile de soutien psychologique aux enfants vivant dans cette enclave palestinienne. Le regain de tension observé ces derniers jours entre Israéliens et Palestiniens inquiète vivement son président, Franck Carrey. L'une des salariées de l'association, palestinienne, lui a décrit la situation sur place : "C'est catastrophique avec des bombardements intensifs et une impossibilité totale de se mettre à l'abri. Gaza est un petit territoire, surpeuplé. Il n'y a pas d'abri, pas moyen de fuir vers une région plus sûre. Il y a aussi la crainte d'une invasion par les chars massés à la frontière. Cela met la population dans un état de tension insupportable"

Le sort des enfants préoccupe particulièrement l'humanitaire : "Notre coordinatrice a une fille âgée de trois ans. Les enfants sont absolument terrorisés par le bruit et la violence des explosions. On travaille depuis des années pour apporter un soutien psychologique à l'enfance à Gaza, on a l'impression que tout est à recommencer". Ce qui se produit va laisser des traces, assure Franck Carrey. Les enfants pris en charge par l'association souffrent, dit-il, de troubles du sommeil, d'angoisses, ils sont souvent abattus et dans une attitude de repli sur soi. Ils sont également bloqués dans leurs apprentissages.

L'humanitaire appelle Israël à la mesure

Comment sortir de cette spirale ? Le président de Medina en appelle à la France, à l'Europe et à l'ONU. Pour Franck Carrey, la communauté internationale doit peser de tout son poids pour faire pression sur les protagonistes du conflit, et notamment sur Israël : "Quand je parle d'arrêt des violences, je parle évidemment de l'arrêt de toutes les violences à l'encontre des civils, il n'y a pas d'ambiguïté là-dessus. Mais il y a une puissance qui détient la force aérienne, la puissance militaire et la capacité de raser un secteur confiné comme Gaza et de décimer sa population. Cette puissance doit faire preuve de mesure et faire tous les efforts nécessaires pour parvenir à un arrêt de la violence armée"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess