Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Situation tendue au Burkina Faso pendant la visite officielle d'Emmanuel Macron

mardi 28 novembre 2017 à 7:22 - Mis à jour le mardi 28 novembre 2017 à 14:32 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Deux individus ont lancé une grenade lundi soir contre un véhicule de l'armée française à Ouagadougou, au Burkina Faso. Trois civils ont été blessés. Mardi, deux voitures de la délégation française ont été visées par des jets de pierres.

L'attaque est survenue dans un quartier nord de Ouagadougou (illustration)
L'attaque est survenue dans un quartier nord de Ouagadougou (illustration) © AFP - Ludovic Marin

La nuit était déjà tombée, lundi soir, sur Ouagadougou, quand l'attaque est survenue : selon les informations de franceinfo, deux hommes encagoulés, juchés sur une moto, ont lancé une grenade sur un véhicule de l'armée française, dans un quartier nord de la capitale burkinabé.

La grenade n'a pas atteint sa cible, mais trois civils, qui se trouvaient sur le trottoir à ce moment-là, ont été blessées par l'explosion, dont une grièvement. Cette attaque est survenue deux heures à peine avant l'arrivée d'Emmanuel Macron au Burkina Faso.

Mardi, ce sont deux voitures de la délégation française, qui faisaient partie d'un autre convoi que celui véhiculant Emmanuel Macron, qui ont été visés par des jets de pierre. En août dernier, un attentat dans un café-restaurant de la ville avait faire 20 morts dont un Français.

Première visite officielle de Macron

Le président de la République y lançait une tournée diplomatique de plusieurs jours, premier déplacement officiel en Afrique. Alors que l'événement devait être placé sous le signe de la jeunesse et de la transition démographique, la question sécuritaire pourrait prendre le pas sur le débat. Selon un journaliste de RFI présent sur place, une centaine d'étudiants manifestaient devant l'université de Ouagadougou contre cette visite.

Ce mardi, il doit notamment donner un "grand oral" devant 800 étudiants de l'université de Ouagadougou, avec un notamment objectif en ligne de mire : mettre fin à l'image de la France comme vieille alliée des dictateurs africains. Sa tournée se poursuivra mercredi à Abidjan, puis au Ghana.