Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Fête de la radio

100 ans de la radio : l’humoriste châlonnais Pierre Dac est "le pionnier des émissions d’humour"

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

A l’occasion des 100 ans de la radio, le journaliste Jacques Pessis, également neveu adoptif et légataire universel de Pierre Dac, était l’invité de France Bleu Champagne Ardenne ce lundi. Pour lui, l’héritage de Pierre Dac est encore présent dans les radios d’aujourd’hui.

L'humoriste Pierre Dac fut chroniqueur à Radio Londres.
L'humoriste Pierre Dac fut chroniqueur à Radio Londres. © AFP

L’enfant de Châlons, l’humoriste Pierre Dac, est aussi devenu l’une des voix de la BBC en 1943, aux côtés du général De Gaulle. Pour Jacques Pessis, journaliste, écrivain, scénariste, réalisateur, neveu adoptif et légataire universel de Pierre Dac, le Chalonnais a laissé un héritage important dans l’histoire de la radio en France. 

Il a créé les premières émissions d’humour à la radio

"D’abord, il est le pionnier des émissions d’humour, sur Radio Cité qui est le premier poste privé en 1937, puis sur le Poste parisien. Il a créé les premières émissions d’humour à la radio dont tout le monde s’inspire aujourd’hui. Cela s’appelait L’académie des travailleurs du chapeau, le club des loufoques, la SDL qui était la société des loufoques, un clin d’œil à la société des nations qui était l’ancêtre de l’ONU", dit Jacques Pessis. 

Pierre Dac était donc un précurseur qui a été le premier à intégrer les auditeurs dans ses émissions. "C’était interactif, il y avait des jeux totalement loufoques. Il  y avait la course au trésor, qui consistait à rapporter en un minimum de temps, un maximum d’objets insolites au studio de l’avenue des Champs Elysées. La France entière se mobilisait pour gagner une bouteille d’apéritif ou une pelote de laine", continue Jacques Pessis. 

La radio c’est encore le meilleur moyen de s’informer 

En 100 ans et notamment à partir de 1981 et l’avènement des radios libres, la radio a beaucoup évolué mais elle conserve son rôle selon Jacques Pessis. "La radio est un média essentiel. Aujourd’hui, elle accompagne notre quotidien différemment. On n’a plus les gros postes TSF, on n’a plus besoin de se cacher comme en 1943 pour écouter radio Londres. Aujourd’hui, la radio est sur internet, sur Youtube, on l’a chez soi, on a encore des petits transistors, on l’a dans la voiture. Et il y a tellement d’offres, qui sont des offres non pas de chanson mais des offres d’accompagnement. La radio c’est encore le meilleur moyen de s’informer", dit-il. 

Réécoutez l'interview de Jacques Pessis sur France Bleu Champagne Ardenne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess