Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À quoi va servir "Libra", la monnaie virtuelle de Facebook ?

-
Par , France Bleu

Le réseau social a présenté ce mardi matin sa cryptomonnaie prévue début 2020. Un nouveau moyen de paiement pour faire ses courses en ligne, qui pose la question de la protection de nos données personnelles.

"Libra", la monnaie virtuelle de Facebook, permettra de faire ses courses sur le réseau social sans sortir sa carte bancaire.
"Libra", la monnaie virtuelle de Facebook, permettra de faire ses courses sur le réseau social sans sortir sa carte bancaire. © Maxppp - Monika Skolimowska

France

Pratique, facile à utiliser : "Libra", la monnaie électronique de Facebook, a, sur le papier, tout pour plaire.  Le grand F des Gafa l'a officiellement présentée ce mardi 18 juin 2019, avant son lancement au premier trimestre 2020. Il suffira d'acheter ces pièces de monnaie virtuelles sur "Calibra", un porte-monnaie numérique intégré par Facebook à ses services Messenger et WhatsApp, puis de les utiliser pour faire ses achats en ligne, envoyer à un ami de l'argent ou en recevoir. Est-ce fiable et comment l'utiliser ? France Bleu vous en dit plus. 

Comment utiliser "Libra" ? 

Une fois les "libra" bien au chaud dans notre portefeuille électronique, nous devrions pouvoir acheter rapidement un sac à main sur Ebay, commander et payer un VTC en un clic ou encore réserver une chambre d'hôtel. Déjà 27 entreprises sont partenaires de la monnaie virtuelle : Booking, Uber ou encore Visa. La présence de cette dernière ouvrirait la voie à la possibilité d'échanger ses "libra" en euros. 

Il serait même possible d'acheter un produit sur Instagram en cliquant simplement sur la photo. Rembourser un ami qui a payé l'addition au restaurant serait aussi simple que d'envoyer un message. Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, estime qu’il devrait être aussi "facile d’envoyer de l’argent à quelqu’un qu’une photo".

Une révolution pour les internautes, notamment pour ceux qui vivent dans un pays où l'inflation est redoutable, comme au Vénézuela. Contrairement au célèbre Bitcoin, le "libra" sera indexée sur des devises comme l'euro, le dollar ou encore la livre sterling. On ne pourra pas spéculer sur sa valeur, son cours ne devrait pas varier selon les pays et c'est une fondation basée à Genève en Suisse qui se chargera d'éviter ça.

Cette monnaie virtuelle est-elle assez sécurisée ?

Si Facebook fait faillite, on pourrait perdre notre argent. Ce n'est pas le cas à la banque : l'État se porte garant, jusqu'à 100.000 € par client. Mais un pays peut aussi faire banqueroute, comme la Grèce il y a quelques années. 

Le risque, c'est surtout la vente de nos données personnelles. On voit déjà comment nos goûts sont fichés. Comme, par exemple, ce lave-vaiselle, consulté sur un site, que l'on retrouve le lendemain en publicité sur notre fil d'actualités. Facebook pourrait cette fois obtenir encore plus d'informations sur ce que l'on consomme, les vendrait aux entreprises pour augmenter ses revenus publicitaires. L'un des objectifs de cette monnaie virtuelle.

ECOUTEZ - A quoi sert la monnaie virtuelle de Facebook ?