Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People

"Un jour, le destin m'a rappelé à l'ordre", l'histoire incroyable de ce policier marseillais devenu mannequin

lundi 6 mars 2017 à 10:15 Par Fanette Hourt, France Bleu Provence

Des quartiers nord de Marseille au mannequinat à Paris, il n'y a (presque) qu'un pas, qu'Antoine Robert a réussi à franchir. Cet ancien policier marseillais est devenu l'égérie du ministère de la Justice.

Antoine Robert est devenu l'égérie de la nouvelle campagne de recrutement du ministère de la Justice.
Antoine Robert est devenu l'égérie de la nouvelle campagne de recrutement du ministère de la Justice. © Radio France - Ministère de la Justice - DR

Il s'agit d'une histoire atypique, une "sucess story" à la marseillaise. L'aventure d'Antoine Robert, ce jeune homme de 32 ans, propulsé quasiment du jour au lendemain des quartiers nord de Marseille aux podiums parisiens. Son visage est d'ailleurs connu des passants, puisqu'il illustre actuellement la campagne de recrutement de l'administration pénitentiaire, affichée un peu partout en France, avec le slogan "Fier de servir la justice".

La première fois qu'il s'est vu sur ces immenses affiches, aux arrêts de bus notamment, "cela était un peu un choc". Mais il s'agit avant tout d'une reconnaissance pour ce Marseillais, qui rêvait de percer. "Quand on se lance dans ce métier, c'est un peu ce qu'on espère, on a envie d'être exposé", explique Antoine Robert.

Un parcours hors du commun

Pourtant, rien ne prédestinait Antoine Robert à devenir égérie du ministre de la Justice. Il a grandi à Saint-Henri, dans les quartiers nord de Marseille, puis il est devenu policier et a travaillé au commissariat de la rue de l’Évêché, avant de se tourner vers le mannequinat. "C'est incroyable quand j'y réfléchi", avoue le jeune homme.

"Mais j'ai toujours établi des plans dans ce sens. A chaque fois que j'allais au commissariat le matin, je regardais les affiches de cinéma ou les publicités de parfum, et je me disais que c'était ça précisément que j'avais envie de faire, [que c'était ça] que j'avais dans le ventre. Et un jour le destin m'a rappelé à l'ordre", raconte-t-il. En effet, Antoine Robert a rencontré tout à fait par hasard les personnes qui finiront par le lancer dans cette nouvelle carrière.

"J'ai rencontré deux directrices de casting (...) qui avaient du mal à se garer, et donc en gentleman, je leur ai proposé de garer leur voiture, et en retour, elles m'ont proposé de faire des photos."

Et faire une campagne de pub pour la police, alors qu'il l'a quittée, n'est-ce pas contradictoire ? "Je dis toujours en m'amusant que je n'ai jamais été autant policier que depuis que je l'ai quittée. On m'a souvent proposé des photos ou des rôles avec des uniformes", explique Antoine Robert, qui n'a donc aucun mal à se mettre dans la peau des personnages qu'il incarne.