Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Assises du journalisme : un Poitevin de 14 ans monte sa propre chaîne d'information sur youtube

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu Touraine

Alors que les journalistes passent au crible leur rôle depuis le début de la crise sanitaire aux Assises internationales du journalisme de Tours, un jeune poitevin continue de se passionner pour l'actualité. A 14 ans, il gère sa propre chaîne d'information sur Youtube.

Pendant le confinement, le jeune Poitevin, passionné de journalisme en profite pour multiplier les interviews en vidéo sur sa chaîne youtube d'information
Pendant le confinement, le jeune Poitevin, passionné de journalisme en profite pour multiplier les interviews en vidéo sur sa chaîne youtube d'information - capture écran

Qui a dit que les jeunes ne s'intéressaient pas du tout à l'actualité ? Dans la Vienne, on a trouvé un jeune de 14 ans passionné par la politique, le sport, les faits de société et l'actu de manière générale. L'adolescent qui vit à Bonneuil-Matours et qui suit sa scolarité en 3ème dans un collège de Poitiers,  a même créé sa propre chaîne youtube d'information. Elle s'appelle "Mission reportage86".  En plein pendant les Assises internationales du journalisme qui se déroulent encore du 1er au 2 octobre à Tours, on a voulu comprendre ce qui a amené ce jeune à se passionner pour le journalisme. 

A 13 ans, il publie sa première interview

Paul Gancel n'a que 13 ans en décembre 2019 lorsqu'il publie sa première vidéo sur youtube. A l'époque, l'adolescent apprend que Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites doit venir à Poitiers. Il fait tout dès lors pour se faire accréditer. 

J'ai d'abord appelé plusieurs services au ministère de la santé, on m'a finalement renvoyé ers la préfecture de la Vienne où on m'a dit "mais vous êtes mineur". A l'époque, je n'avais pas encore ma chaîne.

Ca a pris du temps, mais à force de discussions, ça a marché. Le jour de sa venue, Paul a pu suivre Jean-Paul Delevoye aux Salons de Blossac. 

"C'était tendu, il y avait des manifestations à l'extérieur. Mais j'étais dans le carré des journalistes et j'ai pu voir comment ça se passait. C'était génial."

Une dizaine de vidéos déjà publiées

Le jeune homme se laisse guider par les thèmes de société : le manque de moyens des maires, la précarité pendant le confinement, l'enseignement à distance, ou encore la situation du CHU de Poitiers face au covid-19.  Et  ça marche. 

"La vidéo avec le médecin anesthésiste réanimateur de l'hôpital de Poitiers a fait plus de 1.450 vues"

Le jeune homme qui a développé encore plus son sens de l'actu s'est aussi penché sur les municipales de Poitiers. 

Tous les candidats ne m'ont pas répondu mais ce n'est pas grave

En un an, les techniques de tournages se sont affinés, la qualité du son s'est améliorée et les questions plus directes, mais le ton, le respect et la curiosité du jeune garçon sont toujours aussi prégnants. D'ailleurs, ce qui l'horripile le plus dans les interviews de ses confrères adultes, c'est lorsqu'ils coupent la parole de l'invité. Paul Gancel, 14 ans, ne fait pas que du journalisme, il siège aussi au conseil municipal des jeunes de Poitiers et est porte drapeau lors des cérémonies officielles. 

La fierté de sa famille

Son père ne sait toujours pas ce qui a poussé son fils à se lancer dans le journalisme si tôt. "On s'est aperçus quand il avait dix ans qu'il écoutait la radio avec intérêt, qu'il posait des questions et attendait des réponses." Et ça revenait souvent. Grégory, le papa, ne sait pas si son fils deviendra journaliste professionnel un jour mais en tout cas, dans la famille, tout le monde est fier de lui. De son audace et de sa détermination. Car il gère tout tout seul, en plus de ses cours. 

"Finalement, nous, on est là pour la logistique. On est presque ses secrétaires", lâche t-il dans un sourire. 

Paul, lui,  se souvient aussi des élections présidentielles de 2017. A l'époque, son instituteur porte le même nom qu'un des candidats. Ca a titillé sa curiosité d'enfant de dix ans. Et cette curiosité ne l'a plus quitté. jusqu'à ce qu'il reçoive une caméra en cadeau d'anniversaire deux ans plus tard. L'année, de sa première interview et de sa chaîne youtube. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess