Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People

Audiovisuel : France 4 supprimée de la TNT, France 3 va tripler ses programmes régionaux et collaborer avec France Bleu

lundi 4 juin 2018 à 11:29 - Mis à jour le lundi 4 juin 2018 à 15:56 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

La ministre de la Culture a présenté, ce lundi matin, la réforme de l'audiovisuel voulue par le gouvernement. Elle a annoncé que France 4 va disparaître de la TNT pour être diffusée uniquement sur Internet. France 3 va devoir renforcer ses programmes régionaux, et collaborer avec France Bleu.

La ministre de la Culture Françoise Nyssen.
La ministre de la Culture Françoise Nyssen. © AFP - Ludovic MARIN

La ministre de la Culture présente, ce lundi matin, la réforme de l'audiovisuel voulue par le gouvernement. Dans son discours, transmis à l'AFP, elle annonce que France 4 va disparaître de la TNT pour être diffusée uniquement sur Internet. France 3 va devoir tripler le volume de ses programmes régionaux, et développer les synergies avec France Bleu.

France 4 disparaît de la télévision, interrogations sur France Ô

France Télévisions devra libérer "au moins le canal hertzien" de sa chaîne jeunesse France 4, afin de recentrer sur le numérique son offre dédiée au jeune public, annonce la ministre de la Culture. Un canal qui pourrait être attribué à la chaîne franceinfo, une "expérience très porteuse de coopération" dont la place sur le canal 27 est un "réel handicap", estime la ministre dans un entretien au Monde. 

Quant à France Ô, "il faudra interroger nos concitoyens d'outre-mer et leurs élus pour déterminer si l'avenir est au maintien de France Ô sur le canal hertzien ou au contraire au renforcement des offres numériques des Outre-Mer Premières", a ajouté la ministre.

France 3 doit tripler ses programmes régionaux

France 3, qui diffuse actuellement deux heures de décrochages régionaux par jour, devra se recentrer sur la proximité et "tripler" ses programmes régionaux, a ajouté la ministre. "Aujourd'hui, France 3, ce n'est que deux heures de décrochage régional par jour. L'identité de France 3 sera donc recentrée sur cette mission fondamentale qu'est la proximité. Je souhaite que l'on multiplie par trois les heures de programmes régionaux", précise la ministre.

Des matinales communes France Bleu-France 3 dans deux villes 

France 3 devra également combiner ses forces avec France Bleu."Notre service public audiovisuel doit donner davantage la parole aux territoires. France 3 et France Bleu sont déjà au cœur de cet enjeu, elles doivent l'être encore davantage demain et en combinant leurs forces respectives", indique-t-elle. dans le journal Le Monde, la ministre estime qu'une "coopération ambitieuse entre France 3 et France Bleu doit déboucher sur ce média quotidien régional qui sera la voix des territoires". Deux villes françaises se réveilleront bientôt avec une matinale commune de France Bleu et France 3.

Plus de moyens pour le numérique

Cette réforme a aussi pour but de mieux répondre à l'évolution des usages des téléspectateurs. le premier volet de la réforme se concentre donc sur le numérique "qui doit redoubler d'ambition", avec notamment "un investissement supplémentaire de 100 à 150 millions d'euros par an d'ici 2022". 

Mais la réforme ayant également pour objet de réaliser des économies, chiffrées entre 250 et 500 millions d'euros d'ici 2022 selon plusieurs médias, cet effort dans le numérique se fera par un "redéploiement des moyens" et la mise en commun des projets, à l'instar de franceinfo, fruit de la coopération entre France Télévisions, Radio France et France 24. Sans donner de chiffres précis, l'entourage du ministère a indiqué qu'"un cadrage budgétaire avait été donné aux sociétés et qu'il serait communiqué dans les prochains jours".

Des projets de plateformes en ligne 

La ministre confirme également deux projets de plateformes en ligne, qui regrouperont des contenus issus des groupes de l'audiovisuel public : la première, dédiée à la culture, sera lancée "fin juin", et la seconde ciblera la jeunesse. Autre illustration de cette politique de regroupement de contenus, le site de franceinfo hébergera dès mercredi une "plateforme commune de décryptage des fausses nouvelles".

Un média jeunesse sur le numérique 

Le plus ambitieux des projets communs est le lancement du média jeunesse en ligne, pour tenter de reconquérir une tranche d'âge qui se détourne des médias traditionnels. "Nous allons bâtir un champion industriel du numérique pour reconquérir le jeune public", a assuré la ministre. Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions, a précisé que l'offre pour enfants allait être refondue autour "d'une marque unique", "une offre délinéarisée (à la demande, ndlr) et ambitieuse, sécurisée et sans publicité" avec des programmes pour enfants maintenus sur les autres chaînes.

  - Visactu
© Visactu
  - Visactu
© Visactu