Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People

Bordeaux : Philippe Etchebest veut cuisiner la "timbale de langoustines" pour rendre hommage à Joël Robuchon

lundi 6 août 2018 à 18:38 Par Edouard Marguier, France Bleu Gironde

Après la disparition de Joël Robuchon, le grand chef bordealais Philippe Etchebest a confié lundi sur France Bleu Gironde quelques moment passés avec le cuisinier le plus étoilé du monde.

Philippe Etchebest, le 21 mars 2017.
Philippe Etchebest, le 21 mars 2017. © Maxppp - ALEXANDRE MARCHI

Bordeaux, France

Philippe Etchebest a perdu "un modèle de savoir, d'expérience et de réussite". Le grand chef bordelais du restaurant Quatrième Mur a rendu hommage à Joël Robuchon lundi sur France Bleu Gironde, qui est mort à 73 ans des suites d'un cancer. L'animateur de "Bon appétit bien sûr" était connu dans le monde entier pour être le détenteur absolu du nombre d'étoiles au Guide Michelin : 32.  A Bordeaux, il a passé 2 ans, dans les cuisines de la Grande Maison, le restaurant voulu et monté par l'homme d'affaires Bernard Magrez. 

France Bleu Gironde : Que ressentez-vous après la mort de ce grand chef français ?

Philippe Etchebest : "Cela a été un choc d'autant plus que je l'ai vu il y a quelques mois pendant l'émission Top Chef pendant laquelle on lui avait rendu hommage à travers la pomme de terre. La purée, notamment, l'avait rendu célèbre à travers le monde. C'est dingue. On avait passé un très bon moment ensemble à se rappeler des souvenirs. Il m'avait remis la médaille de meilleur ouvrier de France avec Paul Bocuse., un autre grand chef disparu. Et puis, on s'est souvenu des moments passé dans son émission "Bon appétit, bien sûr". C'est une très grande perte pour la gastronomie et pour tous les cuisiniers. Joël Robuchon avait des valeurs de travail, d'exigence et d'excellence. Il avait l'amour du travail bien fait. C'est un modèle de savoir, d'expérience et de réussite pour nous tous.

Est-ce que vous vous souvenez d'un moment avec lui dans la ville de Bordeaux ? 

Quand il s'est installé à Bordeaux, je l'avais convié à venir me voir au Quatrième Mur pour manger un morceau et je n'avais pas encore ouvert ma table d'hôte gastronomique. J'avais donc mis une table en cuisine. Il était venu avec sa garde rapprochée. On avait mangé tous ensemble avec son chef de la Grande Maison. C'était un moment privilégié. J'avais préparé un menu dégustation, dont je ne me souviens plus. Ce n'est pas tant les plats qui sont importants mais les gens avec lesquels on les partage. Au-delà de ça, tous les cuisiniers qui travaillaient ce soir-là étaient fiers de lui servir à dîner.

Allez-vous lui rendre hommage ces prochains jours ?

Je pense oui. Je l'ai fait pour Monsieur Paul (Paul Bocuse est mort en janvier) en mettant à la carte pendant un petit moment le "bar en croûte". Je pense que je ferai de même pour Joël Robuchon. Ce sera peut-être la "timbale de langoustines. J'avais mangé ce plat chez lui après un concours de jeunes cuisiniers, que j'avais gagné en 1989. Je me rappelle avoir mangé cette "timbale de langoustines". En son souvenir, je pense que vais refaire ce plat.