Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People DOSSIER : Charles Aznavour est mort

Mort de Charles Aznavour : retour sur une carrière exceptionnelle

lundi 1 octobre 2018 à 14:04 - Mis à jour le lundi 1 octobre 2018 à 14:56 Par Jean-Luc Vabres, France Bleu Paris et France Bleu

Charles Aznavour est mort dans la nuit de dimanche à lundi. Retour sur sa carrière pavée de compositions qui sont devenues des classiques de la chanson française. De "La mamma" à "Emmenez-moi", son répertoire force le respect.

© Getty -

Il était un monstre sacré de la chanson française : Charles Aznavour est décédé cette nuit. Francebleu.fr revient sur la carrière exceptionnelle du chanteur.

Une voix qui ne fait pas l'unanimité à ses débuts

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, Édith Piaf le remarque, il se produit à l'époque en duo aux côtés du pianiste Pierre Roche.  Tous deux se retrouvent alors intégrés à sa tournée qui met le cap sur le Canada et les États-Unis aux côtés des vedettes de l'époque, les Compagnons de la Chanson.

Eddie Constantine, Edith Piaf et Charles Aznavour - Getty
Eddie Constantine, Edith Piaf et Charles Aznavour © Getty -

Au fil des années 50, il bataille ferme pour vivre de son art, l'accueil du public est froid, les critiques sur sa voix sont nombreuses. 

Il faut attendre 1956 et son premier passage à l'Olympia pour que l'horizon s'éclaircisse grâce notamment à son premier grand succès intitulé "Sur ma vie". Quatre ans plus tard, il accède définitivement au statut de "star" de la chanson française avec son titre, "Je m'voyais déjà". 

Dans une interview réalisée en 1963, Charles Aznavour évoque déjà son désir de chanter jusqu'au bout.

L'Olympia, puis tout bascule

Il enchaîne alors toute une série de tubes qui deviennent aussitôt des standards, réclamés par le public à chacun de ses tours de chant, à l'image de : "Il faut savoir", "La mamma", "La bohème", "Et pourtant", "Que c'est triste Venise", "Emmenez-moi" ou encore son fameux "Désormais". Les années 70 sont fastes, à l'image de la précédente décennie, il collectionne à nouveau toute une série de succès édités sur le fameux label d'Eddie Barclay, à l'image de : "Mourrir d'aimer", "Les plaisir démodés", "Idiote je t'aime", "Comme ils disent","Nous irons à Vérone", ou encore "Mes emmerdes".

Johnny Hallyday et Charles Aznavour au cours d'une émission de radio. - Getty
Johnny Hallyday et Charles Aznavour au cours d'une émission de radio. © Getty -

Grace à ses sublimes compositions, Charles Aznavour impose avec talent sa marque de fabrique sur les thèmes qui lui sont chers, à savoir : le temps qui passe et l'amour perdu. N'oublions pas également, en pleine vague yéyé, ses deux admirables chansons pour Sylvie Vartan et Johnny Hallyday : "La plus belle pour aller danser" et "Retiens la nuit". 

Charles Aznavour en concert - Maxppp
Charles Aznavour en concert © Maxppp - JP. Gandul

Perpétuellement en tournée

Sans cesse en tournée aux quatre coins du monde, il se produit dans les salles les plus prestigieuses. En 1988, l'Arménie est victime d'un terrible tremblement de terre, il écrit alors "Pour toi Arménie", qui l'aide à soulever des fonds en faveurs des milliers de sinistrés. En 2009, le président de la République d'Arménie le nomme au poste d'ambassadeur en Suisse. La France perd aujourd'hui un grand compositeur et interprète, après la disparition il y a peu de Johnny Hallyday, la chanson française est à nouveau cruellement en deuil. 

Charles Aznavour et Georges Brassens - Getty
Charles Aznavour et Georges Brassens © Getty