Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : comment les médias se sont réorganisés dans les Hauts-de-France

En cette période de crise, ils sont plébiscités : les médias sont eux aussi obligés de revoir leurs modes de production pour continuer d'informer et de divertir pendant le confinement. Télévision, radio, presse écrite, tour d'horizon des principaux acteurs du secteur dans les Hauts-de-France.

La télévision a enregistré un record d'utilisation au mois de mars. La télévision a enregistré un record d'utilisation au mois de mars.
La télévision a enregistré un record d'utilisation au mois de mars. © Maxppp - Tim Somerset

Le confinement a bien eu, comme tout le monde l'attendait, la conséquence de nous faire davantage regarder la télévision. 4h29 quotidiennes en moyenne, selon les chiffres de Mediametrie pour le mois de mars , c'est le record absolu depuis que l'institut mesure l'audience. Avec une large prime pour les chaines d'information que sont BFM TV et, dans une moindre mesure, CNews. Mais les chaînes locales ont, elles aussi, constaté le changement.

Publicité
Logo France Bleu

La télévision locale, entre information et service

France 3, par exemple, a vu l'audience de ses journaux télévisés locaux augmenter. Environ 100.000 téléspectateurs de plus devant le journal de 19h. La télévision publique a dû régionaliser son antenne, produite alternativement à Lille et à Amiens. Et elle a réduit le nombre de ses équipes sur le terrain et développé les duplex vidéo pendant le journal, avec notamment des chroniques réalisées par les journalistes depuis chez eux. Autre conséquence, la "mise entre parenthèses", pour reprendre les mots du rédacteur en chef de France 3 à Lille, John Reichenbach, des programmes locaux matinaux et du dimanche.

L'autre chaîne locale, Weo, a pris le parti de produire des émissions de service, en plus de ses informations. Les enfants ont droit à deux heures quotidiennes d'enseignement et, d'ici la semaine prochaine, la chaîne devrait lancer un programme à destination des résidents des EHPAD en appelant leurs proches à envoyer des messages en vidéo.

La presse écrite pleure la publicité en chute libre

Du côté de la presse écrite, la plus grande difficulté a été la baisse assez substantielle des recettes publicitaires. Elle se sont "effondrées", glisse Pierre Mauchamp, directeur de la rédaction de La Voix du Nord. Autre conséquence, la diminution du nombre d'éditions locales. Le quotidien nordiste est passé de 20 à quatre. Le Courrier Picard, lui, n'a plus qu'une seule édition. L'idée, c'est de réduire le nombre d'ouvriers du livre présents au niveau des rotatives.

Quant aux journalistes, ils sont pour la plupart en télé-travail, avec une présence sur le terrain réduite. Là aussi, il a fallu réorganiser des manières de fonctionner. Nord Littoral réalise ainsi une réunion quotidienne des équipes via un logiciel de visio-conférence, et ce sont pas moins de 1.000 à 1.500 messages que s'échangent ensuite les salariés par WhatsApp pour mettre en place le journal du lendemain.

La radio mise gros sur le numérique

Enfin, de son côté, votre radio a aussi mis en place des mesures pour adapter son antenne. Elle est désormais commune à France Bleu Nord et France Bleu Picardie. L'immense majorité des salariés travaille depuis chez lui, dans le but de maintenir le lien et la solidarité avec les auditeurs. Le site internet et l'application France Bleu ont, de leur côté, vu leur fréquentation bondir au mois de mars : elle a été multipliée par trois par rapport à février.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu