Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus et confinement : les Français regardent massivement la télévision

-
Par , France Bleu
France

Le mois de mars a été historique sur tous les plans pour la télévision : hausse des audiences, augmentation du temps passé devant le petit écran, retour du jeune public. France Bleu vous explique.

Les Français ont regardé la télévision 4H29 en moyenne chaque jour en mars, un record (photo d’illustration).
Les Français ont regardé la télévision 4H29 en moyenne chaque jour en mars, un record (photo d’illustration). © Maxppp - Aurélie Audureau

En mars, mois où le confinement a commencé, les Français ont regardé la télévision 4h29 par jour. C’est une augmentation historique de 44 minutes par rapport au mois de mars 2019, alors que le petit écran voit habituellement ce chiffre diminuer d’année en année. "Les variations sur un mois, en général, ça se compte en minutes", explique Célyne Baÿt-Darcourt, journaliste médias à franceinfo. "Parfois on voit une baisse ou une augmentation de dix minutes d’un mois sur l’autre. Quarante minutes, c’est du jamais vu pour moi", souligne-t-elle. À titre de comparaison, entre décembre 2019 et janvier 2020, les Français ont regardé la télévision trois minutes de moins. "Cette télévision qu’on disait moribonde reste une valeur refuge", soutient la journaliste.

Le retour du public jeune

Un autre chiffre marquant sur la hausse du temps passé devant la télévision, c’est le retour du jeune public. La durée d'écoute des 15-24 ans est passée de 1h03 à 1h29, signale Médiamétrie. "Les jeunes avaient déserté la télévision pour Youtube, et Netflix, mais finalement, pendant le confinement, ils reviennent", développe Célyne Baÿt-Darcourt. 

"C’est un paradoxe, car on pensait que les plateformes comme Netflix allaient détrôner la télévision. On s’est dit qu’avec le confinement c’était foutu, les jeunes allaient être rivés sur Netflix, mais en fait… ils ont les cours. Et ils ont aussi envie d’être ensemble, de regarder un bon film en famille", affirme Célyne Baÿt-Darcourt. 

Grand succès des films patrimoniaux

C’est l’une des stratégies adoptées par les chaine en matière de divertissement. M6 a choisi de diffuser des films de Noël, France 2 a misé sur les films patrimoniaux, et ça marche. "La grande vadrouille" a attiré plus de 5 millions de téléspectateurs le dimanche 22 mars.

"C’est un doudou", sourit Célyne Baÿt-Darcourt. "Ce sont des films qu’on connaît, qui rassurent, on se fait du bien. Ça permet aux enfants qui ne l’ont jamais vu de le voir."

Florent Dumont, directeur de la stratégie des publics de France Télévisions, confirme. C’est exactement ce que cherchait France 2. "Il fallait des moments de respiration, d’évasion, et quoi de mieux que des films cultes français patrimoniaux à regarder en famille ?" Dimanche 29 mars, la chaine fait quatre millions de téléspectateurs avec "L’aile ou la cuisse", en plein après-midi. 

"Quatre millions, cinq millions de personnes devant son écran à 14h heures, ce sont des audiences de première partie de soirée, c’est exceptionnel", confie Florent Dumont. "Mais ça ne pourrait pas exister en temps normal. Télétravail, chômage partiel, loisirs interdits et pas d’école. Toutes les conditions sont réunies pour que les gens soient devant leur télévision."

Il y a un vrai réflexe d’info dans ces moments-là - Florent Dumont

Face à la crise sanitaire du Coronavirus, les téléspectateurs ont aussi massivement misé sur l’information. Les journaux télévisés, consacrés presque intégralement à la crise du coronavirus, ont rythmé ces deux premières semaines de confinement. Le 20H de TF1 a attiré jusqu'à 11,8 millions de spectateurs le lundi 23 mars, et le 20H de France 2 jusqu’à 8,9 millions le mardi 24 mars. "Habituellement, on a cinq millions de téléspectateurs pour le 20H", souligne Florent Dumont. "On avait déjà noté des audiences similaires en 2015 pendant les attentats. Il y a un vrai réflexe d’info dans ces moments-là", explique-t-il.

"Si on additionne les journaux de France 2 et M6, c’est 20 millions de téléspectateurs. On n’a plus vu des chiffres pareils depuis dix ans", souligne Célyne Baÿt-Darcourt. "Et même les jeunes regardent. Ils ont besoin d’information, ce que ne propose pas Netflix."

Franc succès des chaines d’information

Les chaines d’information en continu tirent leur épingle du jeu. BFMTV réalise le meilleur mois de son histoire, devenant la 5e chaîne de France avec 4,1% de part d'audience (+1,9 point sur un an) et 14,7 millions de spectateurs par jour. "Passer en cinquième position, c’est très marquant pour BFM. Ça montre qu’on a besoin d’info, même si elle est terriblement anxiogène", ajoute la journaliste média. LCI a égalé son record mensuel historique à 1,5% (+0,5), CNews progresse à 1,4% (+0,6), franceinfo à 0,7% (+0,2).

Face à la réussite des chaines d’information en continu, les chaines généralistes enregistrent une légère baisse d’audience, sauf France 2. Seule cette chaine de France Télévision est en forte hausse à 14,6% (+0,8), avec notamment le succès de ses films de patrimoine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu