Médias – People

Daniel Balavoine, enfant d'Alençon

Par Pierre Coquelin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) mercredi 13 janvier 2016 à 19:44

Depuis 2008, une plaque signale la maison natale de Daniel Balavoine à Alençon
Depuis 2008, une plaque signale la maison natale de Daniel Balavoine à Alençon © Radio France - Pierre Coquelin

Trente ans après sa mort, le souvenir de Daniel Balavoine est encore bien présent. C'est à Alençon, dans l'Orne, que le célèbre chanteur a vu le jour, le 5 février 1952. Depuis 2008, une plaque a été mise sur la façade de sa maison natale, située au 85 rue de Bretagne.

85, rue de Bretagne. Une petite maison de ville avec une porte bleue, située sur l'une des rues principales d'Alençon (Orne). Roger, 42 ans, n'était pas au courant. "Je passe devant, mais j'avais jamais remarqué", sourit-il. Depuis 2008, seule une petite plaque rappelle que c'est ici que Daniel Balavoine a passé ses 8 premiers mois. Il est né à la clinique Saint-Joseph, le 5 février 1952. Ses parents, Emile et Elisabeth, sont arrivés dans la cité des Ducs en 1946.  

Reportage au 85, rue de Bretagne, maison natale de Daniel Balavoine à Alençon

"C'est connu des personnes qui s'intéressent à sa vie, explique Christophe Bayard, professeur d'histoire au collège Louise-Michel d'Alençon . Il n'y a pas une mémoire particulière de Daniel Balavoine à Alençon, du fait qu'il n'y a vécu que très peu de temps (8 mois) : la famille a vécu au gré des affectations du papa". 

"L'idée de faire un hommage à Daniel Balavoine est née lors de concours de chants. Il a été assez facile de retrouver la maison natale, de rassembler des chanteurs passionnés. L'événement a pris rapidement une envergure nationale : il ne pouvait pas en être autrement car ce n'est pas un chanteur comme les autres. Il a vraiment marqué sa génération et il continue de marquer aujourd'hui. On avait l'obligation de faire les choses bien" - Christophe Bayard

Un homme qui a marqué son époque. C'est ce que retiendra Cindy, 29 ans. "Mes parents nous ont un peu bercés avec sa musique. c'est une certaine fierté qu'il soit d'Alençon. Je pense que c'était un chanteur très engagé. Il a fait des chansons magnifiques. Il a défendu des grandes causes". Balavoine fait en quelque sorte partie de la famille de Cindy : "je transmets à ma fille. on a d'ailleurs téléchargé un de ses albums", sourit-elle. 

"Une fierté pour Alençon"

Quand il arrive en ville...

Depuis 1985, c'est Xavier qui habite cette maison natale. "On est arrivés en décembre 1985". Près d'un mois avant la mort du chanteur, dans le crash de son hélicoptère au mali, en marge du Paris-Dakar. "Quand on a acheté la maison, l'ancien propriétaire nous avait dit qu'il y avait un chanteur qui était né ici. Mais il n'arrivait pas à retrouver le nom. En recoupant, on a vite découvert que c'était Balavoine. Et le voisin nous l'a confirmé", sourit l'actuel propriétaire. Une maison qui est restée presque à l'identique : à part quelques réaménagement à l'intérieur, l'escalier et le jardin sont d'époque. 

"On n'a pas l'intention d'en faire un musée !"

Et puis il y a ce quiproquo. En réalité, Daniel Balavoine a vécu au 63, rue de Bretagne... 63 qui est devenu 85 au gré des ans et de la renumérotation des rues. "Au 63, maintenant, il y a une boucherie. Des gens sont venus voir, mais c'était pas la bonne maison !", explique Xavier. 

"On n'a pas l'intention de faire un musée ici" - Xavier, propriétaire de la maison natale

Un propriétaire qui veut garder une certaine intimité. "C'est anecdotique : ça ne va pas donner plus de valeur à la maison. Disons qu'on est plus sensibles quand on voit ou qu'on entend Balavoine, en sachant qu'avant, j'aimais bien".

Héraut d'une génération 

Et les fans, alors ? Xavier sourit. "c'était la grosse trouille depuis la pose de la plaque en 2008. Les gens regardent la plaque quand ils passent et quand ils la voient, car elle est quand même en hauteur. Mais ils ne sonnent pas. On n'a pas l'intention d'ouvrir un musée ici !", explique le propriétaire. 

L'Aziza, Tous les cris les SOS... Un chanteur mais aussi un homme "révolté". "Il avait une vision pour la jeunesse. Il avait aussi une sensibilité particulière : son engagement pour l'Afrique. c'est un homme exceptionnel, note Christophe Bayard. Les titres de ses chansons, c'était presque des sujets de philo : regardez, aimer est plus fort que d'être aimé"

"Balavoine, un homme très en avance sur son temps" - Christophe Bayard

Partager sur :