Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People

VIDÉO - Retour sur la carrière de Mireille Darc, icône du cinéma français

lundi 28 août 2017 à 12:17 Par Jean-Luc Vabres, France Bleu

Mireille Darc est décédée ce lundi à l'âge de 79 ans. La comédienne était dans le coma depuis plusieurs jours. Retour sur la prestigieuse carrière de l'une des icônes du cinéma français.

Mireille Darc
Mireille Darc © Getty -

L'actrice Mireille Darc, sex-symbol du cinéma des années 1970, est décédée à l'âge de 79 ans dans la nuit de dimanche à lundi. Retour sur la carrière hors-norme de l'une des plus grandes stars du cinéma français.

LIRE AUSSI : L'actrice Mireille Darc est morte à 79 ans

Des débuts à la télévision

Mireille Darc voit le jour à Toulon le 15 mai 1938, son père est jardinier tandis que sa mère dirige une petite épicerie de quartier. À 15 ans, elle met ses études entre parenthèse pour rentrer au conservatoire de Toulon.

Elle s'installe dans la capitale en 1959 et continue à prendre des cours de théâtre tandis qu'elle enchaîne des petites boulots pour des romans-photos. La jeune femme fait ses débuts sur scène dans des petits rôles. C'est sur le petit écran qu'elle se fait finalement remarquer dans deux comédies dramatiques, "La grande bretèche" et "Hauteclaire". Le cinéma la remarque ensuite rapidement, puisqu'on la retrouve en 1963 à l'affiche de "Pouic-Pouic" aux côtés de Louis de Funès et Jacqueline Maillan.

 M.Darc - Getty
M.Darc © Getty -

Georges Lautner et Michel Audiard

Amis et complices de ces deux pointures du cinéma français, elle tournera treize films sous la direction de Georges Lautner à l'image des célébrissimes "Barbouzes", "Les pissenlits par la racine" ou encore "Laisse aller... c'est une valse" et "Il était une fois un flic" avec Michel Constantin. Elle est à son aise autant dans la comédie que dans des longs métrages plus sombres à l'image des "Seins de Glace" réalisé par Lautner ou de "Week-end" de Jean-Luc Godard.

Mireille Darc, Annie Girardot et Michel Audiard. Tournage de" Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause !" - Getty
Mireille Darc, Annie Girardot et Michel Audiard. Tournage de" Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause !" © Getty -

Sa rencontre avec Alain Delon

C'est une belle histoire d'amour qui réunit à la ville comme à l'écran durant douze années les deux monstres sacrés du cinéma. Ils permettent aux spectateurs de les découvrir dans des films qui sont désormais des classiques à l'image de "Jeff", "Madly"," Mort d'un pourri", et "L'homme pressé".
Mireille Darc caracole en tête du box-office en 1972 où sous la direction de Yves Robert elle fait tourner la tête à Pierre Richard dans l’irrésistible "Le grand blond avec une chaussure noire".

Mireille Darc et Alain Delon - Getty
Mireille Darc et Alain Delon © Getty -

Des ennuis de santé

L'actrice dès son enfance, rencontre des problèmes cardiaques, c'est le Professeur Cabrol qui l'opère avec succès en 1980. Plus proche de nous, en 2016, elle est victime de plusieurs accidents vasculaires cérébraux. Ce lundi 28 août, après 3 jours de coma sa famille à annoncé sa disparition. Celle qui fut baptisée la grande sauterelle par la bande de Michel Audiard, laisse derrière elle une impressionnante filmographie et le souvenir d'une femme qui alliait charme, gentillesse et simplicité.

Filmographie sélective

  • 1965, Galia de Georges Lautner
  • 1966, Ne nous fâchons pas de Georges Lautner
  • 1971, Fantasia chez les ploucs de Gérard Pires
  • 1973, La valise de Georges Lautner
  • 1975; Le téléphone rose de Édouard Molinaro