Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People DOSSIER : Disparition de Pierre Bellemare

Décès de Pierre Bellemare, un psychanalyste corrézien "a perdu un ami"

dimanche 27 mai 2018 à 11:58 Par Nicolas Tarrade, France Bleu Limousin

Le journaliste, animateur radio, écrivain, Pierre Bellemare, s'est éteint ce samedi, à l'âge de 88 ans. Son décès a suscité de nombreux hommages. Le psychanalyste corrézien Philippe Bouret l'a rencontré à plusieurs reprises pour l'écriture de son livre.

Pierre Bellemare s'est éteint ce samedi à l'âge de 88 ans
Pierre Bellemare s'est éteint ce samedi à l'âge de 88 ans © Maxppp - Bonnaud Guillaume

Brive-la-Gaillarde, France

Pierre Bellemare, figure de la radio et de la télévision, conteur d'histoire et père du télé-achat en France, est mort samedi à l'âge de 88 ans. Depuis, les hommages se multiplient. Il vivait depuis plusieurs années en Dordogne. C'est ici, qu'un psychanalyste corrézien l'a rencontré à plusieurs reprises. "Je vendais un objet de collection sur un site de vente en ligne. Un objet pas anodin, c'était un collier d'âne ancien. Cet objet a été acheté et quand j'ai pris contact avec l'acheteur en question. C'était Pierre Bellemare", sourit Philippe Bouret. "Nous avons eu une longue première conversation au téléphone, et je lui ai dit "je ne vous l'envoie pas, si vous m'y autorisez et si vous n'y voyez pas d'inconvénients, je vous l'apporte", explique-t-il. 

Une première rencontre où il remercie le hasard. Beaucoup de souvenirs se chevauchent alors. Le psychanalyste corrézien gardera en tête cette image de celui qu'il appelle "son ami". "Ce n'est même pas une image, c'est une sensation. Lorsque je suis arrivé chez lui la première fois, c'est sa femme qui m'a accueilli. Il n'était pas encore descendu de son bureau. Je ne l'ai pas vu arriver, je l'ai senti arriver ! Il avait une présence extraordinaire. Lorsqu'il se mettait à parler, même pour me demander si je voulais bien un café, sa voix devenait quelque chose d'extraordinaire", se souvient Philippe Bouret. 

Ce dimanche, difficile de prendre la parole. "Je suis très ému ce matin, très ému...", dit-il la gorge nouée. "J'ai perdu - oh oui je vais le dire - j'ai perdu un ami", conclut celui qui a consacré un livre (intitulé "La voix, le regard, l'objet de collection") au Pierre Bellemare qu'on ne connaissait pas.