Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People

Eric Leandri : "Qwant, le premier moteur de recherches corse, se porte bien"

-
Par , , France Bleu RCFM

Eric Leandri était ce mardi 11 juin l'invité des Petits-Déjeuners de RCFM. Il est le co-fondateur de Qwant, le premier moteur de recherches "made in France", dont une partie des bureaux est basée en Corse. Une start-up qui a, dit-il, le vent en poupe. Entretien.

Eric Leandri, le patron du moteur de recherches Qwant, était ce mardi 11 juin l'invité des Petits-Déjeuners de RCFM.
Eric Leandri, le patron du moteur de recherches Qwant, était ce mardi 11 juin l'invité des Petits-Déjeuners de RCFM. © Radio France - Stéphane Casalonga

Corse, France

Qwant a été fondé il y a six ans. Comment se porte votre moteur de recherches aujourd'hui ?

Qwant se porte bien. Il est même le premier moteur de recherches corse. Son développement est en train de s'accélérer. Le mois dernier, nous avons eu plus de 100 millions de visiteurs uniques. Nous avons de plus en plus d'internautes, mais aussi d'entreprises qui passent sur Qwant, au niveau national comme au niveau international. 

Des ministères également se sont tournés vers Qwant ? 

Effectivement, toute l'administration devra bientôt basculer sur notre moteur de recherches. Dans le domaine de l'éducation, il existe déjà Qwant Junior dans dix académies sur treize. Nous avons été choisis par onze régions sur treize en France. Et nous espérons que la Corse en fera prochainement partie.  

La protection des données personnelles et de la vie privée, c'est votre principal argument de séduction. C'est ce qui fait la différence ? 

Oui. Par exemple, pour les enfants, nous avons créé un système qui les protège des contenus pour adultes et de la violence. Est-ce que nos enfants doivent recevoir de la publicité toute la journée ? Est-ce qu'ils doivent être "targettés" ? Est-ce que l'on doit savoir ce qu'ils cherchent sur internet dès leurs six ans et les suivre toute leur vie ? Je ne le crois pas. Cela marche pour les enfants, mais aussi pour les adultes. Et il n'y a pas que la vie privée, il y a aussi le secret des affaires. Si vous dirigez une grosse société ou une grande banque, le moteur de recherches sait forcément ce que vous cherchez et peut donc connaître vos clients. Cela peut être problématique. 

Quelle est votre recette pour protéger les données des internautes ? 

La première chose que nous faisons, c'est d'avoir nos propres serveurs. Nous avons dû investir plusieurs millions d'euros dans nos propres infrastructures. Quelques-uns de nos concurrents essaient de nous faire passer pour un moteur de recherches qui enverrait des informations vers Microsoft. C'est bizarre, car cela arrive au moment où Qwant gagne des points face à la concurrence.

Le modèle de Qwant dérange ?

Je ne sais pas. Peut-être. Je suis par ailleurs président de l'Open Internet Project. J'ai fait condamner Google à 2,4 milliards d'euros pour Shopping et 4 milliards d'euros pour Android. La protection des données personnelles, cela veut dire qu'on ne peut pas revendre vos données de santé à un assureur qui vous ferait monter le prix de votre cotisation. Certains moteurs ne respectent pas cette norme et donc ils sont condamnés. 

La taxe sur les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), qui entrera prochainement en vigueur en France, vous l'attendiez ? 

Cette taxe est surtout attendue au niveau mondial. Quand vous faites des milliards et que vous ne payez jamais d'impôts, vous pouvez vous dire que c'est marrant. La vérité, c'est qu'à la fin, c'est nous qui payons pour nos enfants, pour nos écoles, pour nos ingénieurs. Donc, il faut utiliser Qwant. Pourquoi ? Parce que nous paierons des impôts ici et ailleurs. Et nous allons embaucher des gens ici te ailleurs. 

Entretien avec Eric Leandri, invité des Petits-Déjeuners de RCFM