Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People

France Télévisions : la motion de défiance contre Delphine Ernotte adoptée à une très large majorité

mardi 12 décembre 2017 à 20:36 - Mis à jour le mardi 12 décembre 2017 à 21:42 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Les journalistes des rédactions de France Télévisions ont approuvé à une majorité écrasante de 84%, ce mardi, la motion de défiance contre la présidente du groupe Delphine Ernotte. Ils protestent contre la baisse des moyens et des effectifs consacrés à l'information prévue en 2018.

Les locaux nationaux de France télévisions, à Paris.
Les locaux nationaux de France télévisions, à Paris. © AFP - LUDOVIC MARIN

Les journalistes des rédactions nationales de France Télévisions ont approuvé ce mardi à une majorité écrasante, soit 84% des votants, une motion de défiance à l'encontre de la présidente du groupe Delphine Ernotte, ont annoncé à l'AFP les Sociétés des journalistes (SDJ) de l'entreprise publique. 

Les moyens et les effectifs consacrés à l'information en baisse 

La motion visait à protester contre une baisse en 2018 des moyens et des effectifs alloués à l'information sur les chaînes du service public. Sur les 879 journalistes concernés par cette consultation, 69% ont pris part au vote; et parmi les votants, 83,77% ont approuvé la motion, 8,95% l'ont rejetée et 7,28% ne se sont pas prononcés, selon les chiffres communiqués par les SDJ.

Une motion avant une grève 

Cette motion intervient à quelques heures du début d'une grève de vingt-quatre heures, ce mercredi, à l'appel de trois syndicats, la CGT, FO et le Syndicat national des journalistes (SNJ), à l'occasion de la tenue d'un Comité central d'entreprise. Cette grève vise à contester non seulement les économies prévues en 2018, mais aussi un projet de réforme en profondeur de l'audiovisuel public, préparé par le gouvernement. Ce scrutin visait à dénoncer "une attaque inédite contre l'information du service public", selon les organisateurs. La présidente de France Télévisions avait assuré prendre ce vote "au sérieux", dans un message adressé lundi aux salariés.