Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People

France Télévisions : les syndicats rejettent le plan de départs

-
Par , France Bleu

Après quatre mois de négociations, les syndicats ont rejeté le plan de départs volontaires voulu par la direction de France Télévisions annonce ce lundi le syndicat FO à l'AFP. Le projet, déjà rejeté par le SNJ et la CGT, ne pourra pas donc pas être validé.

Le siège de France Télévisions à Paris en mars 2019
Le siège de France Télévisions à Paris en mars 2019 © Maxppp - Thomas Padilla

C'est non. Les syndicats qui négociaient depuis janvier avec la direction de France Télévisions ont rejeté le plan de départs volontaires préparé par le groupe audiovisuel public pour réduire et renouveler les effectifs. Le syndicat FO de France Télévisions a annoncé lundi à l'AFP qu'il ne signerait pas le projet de rupture conventionnelle collective.

Le projet, déjà rejeté par le SNJ et la CGT, ne pourra pas donc pas être validé, la loi requérant l'accord de 50% des organisations syndicales. Les négociations étaient censées s'achever mardi. France Télévisions voulait supprimer 900 postes d'ici fin 2022.

L’entreprise publique a déjà mis en oeuvre deux plans de départs volontaires en 10 ans, en 2009-2012 et 2014-2015. Ils ont coûté respectivement 27,5 millions d’euros et 28 millions, et conduit à 696 et 305 départs selon un rapport de la Cour des comptes d’octobre 2016. Mais d'après les Sages de la rue Cambon, ils n'ont pas permis de rajeunir l’effectif de l’entreprise, où l’âge moyen est de 48 ans, 50 % des salariés ayant plus de 20 ans d’ancienneté.