Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Gérard Holtz : "Jacques Chirac se relevait la nuit pour regarder les combats de sumo"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Gérard Holtz a évoqué ce jeudi sur France Bleu l'une des passions de Jacques Chirac : les combats de sumo. Le journaliste raconte notamment que le président de la République se relevait la nuit pour regarder certains de ces combats.

Jacques Chirac à Tokyo aux côtés du sumotori Akebono, lors d'une réception à Tokyo en 1998.
Jacques Chirac à Tokyo aux côtés du sumotori Akebono, lors d'une réception à Tokyo en 1998. © AFP -

Jacques Chirac est mort ce jeudi à 86 ans. À cette occasion, Gérard Holtz est revenu, sur France Bleu, sur l'une des passions de l'ex-chef de l'État : les combats de sumo. "Grâce à sa passion pour ces sumotoris, les meilleurs d'entre eux sont venus à Paris", raconte le journaliste, "et les plus grands combats ont été retransmis en direct à la télévision depuis Bercy".

"Il est venu à mon micro", raconte Gérard Holtz qui commentait les matchs, à l'époque, "et il était imbattable". "Il connaissait tous les champions et toutes les règles", ajoute-il, avant de livrer une anecdote croustillante. "Il m'avait avoué que de temps en temps Bernadette lui faisait des remarques en lui disant 'Jacques, Jacques, revenez dormir', car il se relevait la nuit pour regarder les combats de sumos sur un téléviseur spécial qu'il s'était fait installer dans une chambre".

Il se faisait également envoyer au plus vite des cassettes des combats par des médias français, l'ambassade de France a confirmé qu'elle lui envoyait quotidiennement les résultats de tournois. Il avait créé en 2000 "la Coupe du Président de la République", qui a vite pris le nom de "Coupe Jacques Chirac" pour devenir l'une des plus prestigieuses récompenses remises lors de tournois professionnels de sumo.

J'avais la taille nécessaire, et le poids ça s'acquiert - Jacques Chirac

"Peut-être qu'en le pratiquant jeune, j'aurais pu faire du sumo. J'avais la taille nécessaire, et le poids, ça s'acquiert", avait un jour confié Jacques Chirac dans une interview publiée dans le quotidien sportif français L'Equipe. Faute de devenir sumotori comme peuvent l'être depuis quelques décennies nombre d'étrangers venus de Mongolie, Géorgie, Bulgarie ou Chine, il a contribué à sa manière à la vie du sumo, qu'il suivait de très près.

Et les Japonais le lui ont bien rendu, vendredi, dans leurs réactions à sa mort, où dominaient les souvenirs de son érudition en la matière, mais aussi dans d'autres domaines de la culture japonaise. Jacques Chirac se rendait d'ailleurs régulièrement dans l'archipel nippon depuis les années 1970 et y a effectué au total plus de 50 voyages.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess