Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias - People

Miss Auvergne 2019 : que devient la Cantalienne Amandine Billoux, victime de grossophobie ?

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Le 18 octobre 2019, Amandine Billoux voyait sa candidature refusée au concours de Miss Auvergne. Accusant le comité Miss France de "grossophobie", son témoignage a relancé le débat sur le dictat de la féminité. Forte de sa médiatisation, la Cantalienne de 24 ans est aujourd'hui une femme épanouie.

Amandine Billoux
Amandine Billoux © Radio France - ©JeanYvesBilloux

Auvergne, France

"J'ai su ouvrir ma bouche" Trois mois après le refus de sa candidature pour Miss Auvergne 2019, Amandine Billoux se félicite d'avoir fait entendre sa colère et son indignation. A l'époque, la jeune Cantalienne était loin d'imaginer que son poids allait être une barrière. "Je voyais Miss France comme une consécration (...) mais avec le recul que j'ai aujourd'hui , je ne sais pas si j'aurais pu endosser ce rôle". Quelques semaines avant le concours, elle avait reçu un coup de téléphone lui annonçant qu'elle ne figurerait pas parmi les douze candidates. "Tu as une très jolie tête, mais le corps ne passe pas" lui-avait-t-on précisé. Des propos qui l'ont poussée à réagir : radios, journaux, plateau télé,  elle a  raconté son expérience en rappelant sur les réseaux sociaux que " toutes les femmes sont belles, la beauté n'est pas un chiffre".

Une porte-parole pour les victimes de grossophobie

La médiatisation de ce refus a eu un impact positif pour Amandine sur les réseaux sociaux, soutenue par de nombreux internautes dont des jeunes filles victimes de grossophobies ou complexées par leur corps. "ça a fait un effet boule de neige" se souvient la jeune auvergnate. Alors qu'elle utilisait peu son compte Instagram, ce dernier est devenu un lieu d'échange et de soutien. "Je suis passée à plus de 4000 abonnés (...) ça a touché les gens, ça les a fait se reconnaître en moi. J'ai reçu beaucoup de messages me disant "merci d'enfin ouvrir ta bouche".

Un concours "arriéré" à l'image d'une "petite fille modèle"

La grossophobie subie par la jeune femme lui a ouvert les yeux sur les réalités du concours Miss Auvergne et Miss France. Faire 1 mètre 70, être célibataire, ne pas avoir d'enfants... Des critères stricts qui ne sont plus adaptés à l'époque actuelle. "Les femmes d'aujourd'hui sont quasiment toutes tatouées, pourtant ils n'acceptent pas les tatouages" déplore Amandine. Suite à ce refus, des membres du comité Miss France comme Sylvie Tellier se sont justifiés dans les médias, mais ils ne sont pas revenus vers Amandine. "Je n'ai eu aucun message (...) Le délégué régional m'a virée de Facebook et de tous les réseaux sociaux, je l'ai décrédibilisé et je pense qu'il n'a pas du tout aimé" déclare-t-elle.  

Je ne suis pas une femme "sois belle et tais-toi - Amandine Billoux

Suite à cet événement, elle a également reçu des documents  sur la sélection des candidates pour le concours Miss France : "J'ai reçu un dossier, preuves à l'appui, qui montrait que la future miss était préparée à l'avance. Cette année ils voulaient une blonde aux cheveux courts, ils ont pris Florentine Somers [élue miss Nord pas de calais 2019, candidate à Miss France 2020, NDLR], mais avec tout ce que j'ai balancé, elle n'a même pas été retenue parmi les quinze demi-finalistes".

Une agence sans critères et sans jugement

Cet incident a été un  tremplin professionnel pour Amandine. En parallèle de ses études en marketing international, elle poursuit sa passion pour le mannequinat. "C'est quelque chose qui me tenait à cœur, j'ai toujours voulu faire du mannequinat mais je ne savais pas si cela existait pour des femmes comme moi qui taillent du 42". Elle a récemment intégré une agence de mannequins sans aucun critères, que ce soit l'âge, la taille, les mensurations ou la couleur de peau. Après avoir passé un concours, elle a été sélectionnée pour la finale qui se déroulera au mois d'Avril à Paris. "Dans cette mésaventure,j'ai été remarquée et mise en valeur se réjouit la jeune auvergnate. Je ne suis pas une femme "sois belle et tais-toi". Amandine ne manque pas de projets, elle espère pouvoir enseigner le marketing dans une université étrangère.  

                                                Julie Creignou

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu