Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias - People

Harry et Meghan : ce que change leur mise au retrait de la famille royale

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le prince Harry et son épouse Meghan vont renoncer à leur titre d'altesse royale et cesseront de recevoir des fonds publics. C'est ce qui a été annoncé ce samedi en accord avec la reine d'Angleterre. La conséquence de leur souhait de se mettre en retrait et d'être indépendants financièrement.

Harry et Meghan aux côtés de la famille royale britannique, dont la reine Elizabeth.
Harry et Meghan aux côtés de la famille royale britannique, dont la reine Elizabeth. © AFP - Tolga Akmen

Harry et Meghan voulaient échapper à la pression de la presse britannique et mener une vie plus indépendante, y compris du point de vue financier. Ils devront pour cela se mettre en retrait de la monarchie britannique. Une décision aux multiples conséquences, annoncée par un communiqué du palais de Buckingham ce samedi et qui doit prendre effet au printemps 2020.

Le prince Harry et son épouse Meghan vont renoncer à leur titre d'altesse royale. Ils garderont le titre de duc et duchesse de Sussex, mais "ils ne rempliront plus d'obligations royales" et "ne peuvent plus formellement représenter la reine". Ce qui implique aussi de ne plus assurer d'obligations militaires officielles.

Pourront-ils poursuivre leur travail humanitaire et caritatif, auquel Harry est très attaché, et sous qu'elle forme ? C'est la question que pose, sur franceinfo, la journaliste Isabelle Rivère, cheffe du service Royauté à l'hebdomadaire Point de Vue : "Que va-t-il advenir par exemple de son travail à la tête de la "Diana Award" qui commençait déjà lui faire ses adieux hier soir ?" 

Les deux époux cesseront de recevoir des fonds publics. Harry et Meghan se sont engagés à rembourser certaines dépenses publiques dont ils ont bénéficié, notamment les sommes employées pour rénover le Frogmore Cottage à Windsor, leur lieu de résidence au Royaume-Uni, soit plus de 2 millions de livres.

Harry, Meghan et Archie resteront des membres très chers de ma famille (Elizabeth II)

Après des mois de tension avec les médias et en particulier les impitoyables tabloïds, Harry et Meghan avaient annoncé le 8 janvier leur décision choc de renoncer à leur rôle de premier plan au sein de la famille royale pour prendre leur indépendance financière et s'installer une partie de l'année en Amérique du Nord. Cette annonce avait provoqué un conseil de famille au cours duquel Elizabeth II avait consenti à laisser son petit-fils et son épouse voler vers leur "nouvelle vie".

Dans une déclaration personnelle, la reine s'est félicitée qu'"une solution constructive pour son petit-fils et sa famille" ait été trouvée "après plusieurs mois de discussions". "Harry, Meghan et Archie resteront des membres très chers de ma famille", souligne-t-elle. 

Les médias britanniques ont toutefois interprété l'annonce de samedi soir comme une punition infligée par la reine à Harry et Meghan. Elizabeth "a tapé du poing sur la table", a estimé Alastair Bruce, spécialiste de la royauté britannique à la chaîne Sky News, tandis que le journal The Daily Telegraph voyait dans la décision royale "la version du Megxit la plus dure possible". 

Certains médias font le lien avec le sort de Lady Diana, la mère de Harry, qui avait, elle aussi, perdu son statut d'altesse royale après avoir divorcé du prince Charles en 1996. Tout comme son fils souhaite à présent le faire, elle avait gardé le patronage de plusieurs associations caritatives. Des commentateurs évoquent aussi l'abdication du roi Edward VII en 1936, qui en épousant une Américaine divorcée, Wallis Simpson, avait renoncé au trône.

"Harry n'est pas roi (il est sixième dans l'ordre de succession au trône) mais aujourd'hui, cela ressemble à son abdication et à celle de Meghan", a jugé sur Twitter le commentateur de la famille royale pour la chaîne ITV, Chris Ship.

  • People
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu