Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People DOSSIER : Le pourquoi du comment

VIDÉO - Il y a 50 ans, la première publicité télévisée

mercredi 7 novembre 2018 à 4:01 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre et France Bleu

A l’automne 1968, les premiers spots de pub débarquaient sur les écrans français. Une petite révolution dans la France de l’ORTF.

Capture d’écran Youtube
Capture d’écran Youtube -

Un homme se réveille en sursaut, traverse son appartement en gesticulant jusqu'à la cuisine et trouve, rassuré, son fromage préféré dans le frigo. Nous sommes à l'automne 1968, un peu avant 20 heures, et c'est la première pub télé. Une "réclame" comme on dit alors, pour le "Boursin Ail et Fines herbes". L'acteur répète d'ailleurs le nom du fromage 17 fois en 30 secondes. Et oui, à l'époque, on pense que pour être efficace, il faut marteler le nom du produit.

Ce spot de 30 secondes est immédiatement suivie de quatre autres pubs pour Régilait, Schneider, les tricots Bel et le beurre Virlux. Une petite révolution au temps de l'ORTF même s'il faut dire que les Français voyaient déjà des pubs, depuis une petite dizaine d'années, depuis 1951. Ce n’étaient pas des annonces pour des marques, mais pour des regroupements, notamment de producteurs agricoles. La campagne la plus connue reste celle symbolisée par le poussin Pipiou, qui nous disait : "On a toujours besoin de petits pois chez soi...".

Un décret de Georges Pompidou

Concrètement, la publicité arrive à la télévision française grâce à un décret de Georges Pompidou. Le premier ministre du général de Gaulle voulait ainsi développer la consommation, donner plus de moyens à l'ORTF, sans avoir à augmenter la redevance. Il a donc autorisé 5 spots de 2 minutes, mais seuls trois secteurs de l'économie étaient concernés : l'alimentation, l'électroménager et le textile.

Les réclames, contrôlées par la Régie française de publicité, devaient être "descentes et de bon goût". Des notions subjectives qui ont évolué rapidement. En 1970, on ne pouvait pas montrer une cuvette de WC par exemple, mais trois ans plus tard, les premiers seins nus apparaissent à l'écran, dans une pub pour les collants Dim.

Au fil des années, les pubs se sont améliorées, avec souvent, des chansons et des slogans qui sont parfois restés dans la mémoire collective comme : "Quand je fais de la purée Mousseline, je suis sûre que tout le monde en reprend" ou encore : "Tout le monde se lève pour Danette". Avec des personnages aussi, comme la lavandière normande des laves linges Vedette, Jeanne Denis, dans les années 70, plus connue sous le nom de "la mère Denis" avec cette fameuse petite phrase : "C’est ben vrai ça".

Aujourd’hui : toujours pas d’alcool, de tabac... ou de cinéma

L'alcool et le tabac restent, aujourd’hui encore, interdits de publicité à la télévision. Tout comme les médicaments sur ordonnance, les armes, les produits phytosanitaires.

Il y a aussi l'édition, le cinéma et les promotions dans la grande distribution qui ne peuvent faire de la pub que dans la presse écrite ou à la radio. Les chaînes de télé combattent ces restrictions, qu'elles jugent injustes, notamment vis à vis d’internet, dont la concurrence est toujours plus féroce. 

Le pourquoi du comment sur l'histoire de la publicité - par Delphine Martin