Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People DOSSIER : La disparition de Johnny Hallyday

Johnny Hallyday était "l’artiste qui avait le plus de présence", selon le patron du Zenith de Toulouse

mercredi 6 décembre 2017 à 17:51 Par Oanna Favennec, France Bleu Occitanie et France Bleu

Les hommages se multiplient ce mercredi après la mort de Johnny Hallyday, à l'âge de 74 ans. Daniel Colling, créateur du Printemps de Bourges et actuel président-exploitant du Zénith de Toulouse nous explique ce que ce formidable interprète avait de plus que les autres.

Patrick Vergondy (à gauche), qui a organisé les tournées de Johnny de 1988 à 2013 et Daniel Colling (à droite), le président-exploitant du Zénith de Toulouse.
Patrick Vergondy (à gauche), qui a organisé les tournées de Johnny de 1988 à 2013 et Daniel Colling (à droite), le président-exploitant du Zénith de Toulouse. © Radio France - Stéphane Garcia

"Ça ne s'apprend pas à l'école." Daniel Colling, qui a créé, puis dirigé le festival du Printemps de Bourges avant de prendre les rênes du Zenith de Toulouse, parle de ce qui faisait de Johnny Hallyday cette bête de scène, dès qu'il se trouvait sous le feux des projecteurs, de ce qu'il avait de plus que les autres : la présence.

"Vous êtes sur scène, et à un moment, quand vous chantez, vous touchez les gens, pas forcément avec vos paroles ou la musique, mais avec vous-même. Il était un peu animal. Il était assez beau. Et tout en n’étant pas auteur-compositeur, puisqu’il n’était qu’interprète, il est parvenu à être en 50 ans, le chanteur le plus remarquable sur scène, et qui a cumulé, en plus, des générations, ce qui n’est pas évident."

Daniel Colling analyse également la manière dont Johnny incarnait sa légende sur scène : "En terme de personnages, on a eu des gens comme Piaf, interprète, des gens comme Brassens ou Brel, auteur-compositeurs, mais on n’avait pas la partie « show ». Aujourd’hui, dire qu’on fait le Parc des Princes, vous n’êtes pas étonnés. Mais en 1992, dire, un artiste français va faire le Parc des Princes ? Il a tout de suite dit oui."