Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias – People DOSSIER : La disparition de Johnny Hallyday

La Lorraine pleure Johnny Hallyday

mercredi 6 décembre 2017 à 9:29 Par Angeline Demuynck, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

Les hommages se multiplient après la mort de Johnny Hallyday dans la nuit de mardi à mercredi. En Lorraine, ses fans, les directeurs de salles, tous ceux qui l'ont connu, apprécié ou tout simplement écouté, sont en deuil ce matin. Ils se sont exprimés sur France Bleu Lorraine.

Johnny Hallyday a donné son premier concert en Lorraine en 1966, son dernier en 2016
Johnny Hallyday a donné son premier concert en Lorraine en 1966, son dernier en 2016 © Maxppp - NCY

Depuis l'annonce de la mort de Johnny Hallyday dans la nuit de mardi à mercredi, les hommages et les témoignages arrivent par dizaines à France Bleu et sur nos pages Facebook, sur France Bleu Lorraine Nord ou France Bleu Sud Lorraine. Il faut dire que l'idole des jeunes était un fidèle de la Lorraine, il était encore au Zénith de Nancy en février 2016 et à Amnéville en juin 2016 avec les Vieilles Canailles.

Johnny et la Lorraine

  • L'histoire de Johnny avec la Lorraine commence en 1966 : Le chanteur, âgé de 23 ans, donne un concert à Villerupt avec Jimmy Hendrix en première partie. Les deux artistes sont filmés au café Foy sur la place Stanislas à Nancy, en plein concours de ronds de fumée.
  • En 1971, il chante lors de l'inauguration du centre commercial GERIC à Thionville.
  • Le 7 mars 1979, Johnny est "kidnappé" par des sidérurgistes de Longwy après un concert à Metz. Les ouvriers l'emmènent sur le site d'Arcelor. Il en parlera plus de 30 ans plus tard au moment de la crise de Florange : "Enlevé c'est un bien grand mot. Ils m'ont fait visiter les installations. J'en garde un bon souvenir et surtout un super contact humain".
  • En 1999, Johnny fait partie du jury du festival du film fantastique de Gérardmer. Il résidait au Grand Hôtel. Le patron de l'établissement avait fait refaire spécialement l'une de ses suites pour convenir au chanteur.
  • En 2013, il sert de "tête de gondole" aux diocèses de Nancy et de Saint-Dié.
  • Au total, Johnny s'est produit plusieurs dizaines de fois en Lorraine. Ses derniers concerts remontent à 2017 : en février au Zénith de Nancy et en juin au Galaxie d'Amnéville avec les Vieilles Canailles, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc.
  • Anecdote méconnue également : l'appelé Jean-Philippe Smet a effectué son service militaire à Offenbourg en Allemagne de 1964 à 1965. De retour d'une permission à Paris, c'est au camp de Bitche qu'il a arrosé son grade de caporal. Un soldat pas comme un autre, qui payait des tournées, et signait déjà des autographes.

Une histoire d'amour avec la Lorraine

"La foule et ses fans, c'était une énergie qui sortait de nulle part, c'était détonnant de spontanéité et d'énergie", se souvient Nicolas Marsicano, l'ancien directeur du Zénith de Nancy. Il retient notamment l'arrivée du chanteur lors de son Tour 66 en 2009 " L'arrivée escortée par la police, ce qui ne se fait plus, le départ après le concert pour prendre l'avion à Essey-les-Nancy". Ce qui a marqué l'ex patron du Zénith c'est "l'engouement et le respect incroyables des spectateurs pour Johnny".

Dans les Vosges, l'écrivain Gilles Laporte a appris la mort de Johnny Hallyday, tôt ce mercredi matin en se mettant au travail. Une nouvelle "surprenante et douloureuse" pour ce t admirateur du chanteur. "J'aimais beaucoup l'homme et son oeuvre, l'homme et sa manière d'être. Il a toujours été direct, authentique, se souvient l'auteur lorrain. Il incarnait pour moi une sorte de vérité, de volonté de réussite mais qui respectait à la fois ce qu'il était et les autres. Il incarnait aussi toute la lumière, toute la transparence, tous les espoirs de l'adolescence." Un regret : ne jamais avoir pu le rencontrer "en vrai" : J'aurais aimé le rencontrer comme un bel ami ou un grand frère. J'ai même, pendant quelque temps, eu envie d'écrire des chansons pour lui, j'ai écrit des textes que je n'ai jamais envoyé. J'aurais aimé que ma plume puisse un jour être porté par sa voix."

Il faut faire venir Johnny à Remiremont !"

Johnny Hallyday s'était produit également à deux reprises à Remiremont en 1996 et 1998. L'organisateur des spectacles, Alain Lazzarini, fan absolu du chanteur qu'il a vu plus de 200 fois en concert, connaissait le producteur du chanteur, Jean-Claude Camus. "Il me voyait dans tous les concerts. A chaque fois, je lui disais : "il faut faire venir Johnny à Remiremont !". Jean-Claude Camus avait toujours peur, il était assez réticent. A force d'insistance, il a dit : "On va faire un essai". Essai réussi, résume l'organisateur : "La deuxième fois, c'est eux qui m'ont demandé et ils n'ont pas regretté. Il y avait 5.000 personnes au premier concert, près de 8.000 au deuxième".

Johnny Hallyday dans les studios de France Bleu - Getty
Johnny Hallyday dans les studios de France Bleu © Getty

Des dizaines de témoignages sur France bleu

Une "grande tristesse", "notre idole nous a quitté", "on perd le plus grand chanteur français", "il m'a fait rêver", les témoignages affluent ce matin sur notre antenne et sur Internet. N'hésitez pas à partager vous aussi, votre meilleur souvenir de l'idole des jeunes.