Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Le chef étoilé Christian Constant prend sa retraite

Par

Le grand public l'a connu grâce à la télévision, mais les connaisseurs gastronomiques saluent son talent depuis des décennies : à 71 ans, le chef Christian Constant, propriétaire de six restaurants dont un à Toulouse et un autre près de Montauban, sa ville natale, tire sa révérence.

Le chef Constant dans son établissement du 7e arrondissement de Paris, le Café Constant. Le chef Constant dans son établissement du 7e arrondissement de Paris, le Café Constant.
Le chef Constant dans son établissement du 7e arrondissement de Paris, le Café Constant. © Maxppp - Philippe Lavieille

L'homme est simple et chaleureux. Il a déjà raconté sa retraite prochaine aux journaux parisiens, n'a pas envie, et on le comprend, de se réveiller tôt, lui qui dit se coucher toutes les nuits à 3h. Mais le chef Constant est toujours prompt à répondre aux questions d'une radio qui porte le nom de son Occitanie natale. Celui qui a revendu son restaurant étoilé parisien, Le violon d'Ingres (une étoile au Michelin), il y a deux ans et s'est petit à petit retiré des affaires, s'apprête à laisser ses fourneaux pour de bon. Entretien.

Publicité
Logo France Bleu

Ça vous fait quoi cette phrase "Christian Constant prend sa retraite" ?

(Rires) Le mot retraite ne me va pas bien ? J'ai commencé en cuisine à 14 ans, j'en ai 71. Je vais encore travailler jusqu'à la fin septembre. Je ne sais comment je vais faire, je ne suis pas habitué. Je vais pouvoir me reposer.

C'est un pincement de cœur ou un soulagement ?

J'ai eu la chance d'exercer le métier qui me passionne. Je ne suis pas encore tout à fait prêt. Je vais devoir réfléchir les jours prochains, en pensant ne plus aller au travail. 

Vous aviez peur de devenir un vieux chef ?

(Rires) Oui c'est vrai, j'ai eu peur de devenir un vieux chef derrière ses fourneaux qui met sa veste et ne fait plus rien à part des des photos ! Je préfère laisser la place aux jeunes. J'ai formé Jean-François Piège, Yves Camdeborde, Eric Frechon. Je leur laisse la place et je veux profiter de la vie, faire des voyages, m'occuper de ma famille ce que je n'ai jamais eu le temps de faire. Je vais changer d'avis et pouvoir m'occuper d'eux.

Votre départ en retraite a t-il été précipité par la crise sanitaire ?

Disons que pendant un an, j'ai fait des paquets à emporter pour les clients dans des sacs mais ça n'est pas mon métier. J'ai fait plaisir aux gens rue Saint-Dominique (NDLR : son Café Constant, tout près de la Tour Eiffel), et ils me remercient maintenant en venant manger au Café. Mais c'est vrai que ça a sans doute un peu précipité les choses : je me posais des questions. N'est-ce pas le match de trop ? Que va-t-on devenir ? Le personnel est de plus en plus dur à trouver. J'ai réfléchi à partir un peu plus tôt. Mais j'ai travaillé près de 60 ans dans les cuisines, il est temps de partir.

Votre Café Constant, votre bébé, vous allez le confier à l'Aveyronnais Cyril Lignac. C'est important d'avoir choisi un chef du sud-ouest ?

Totalement, on est chauvin. Et puis Cyril va garder des plats que je faisais, ça me fait plaisir.

Comme Cyril Lignac, vous avez connu la médiatisation avec l'émission Top Chef de 2010 à 2014. Qu'est-ce que cela vous a apporté ?

Beaucoup de choses. J'étais connu professionnellement mais là, les gens me reconnaissaient dans la rue. Mais le plus important, ce sont les rencontres que j'ai faites sur ces émissions, les chefs étaient très bons. Cela m'a permis aussi de voir des gamins de 7-8 ans qui venaient au Violon d'Ingres parce qu'ils avaient regardé l'émission et voulaient voir le chef Constant.

Christian Constant possède à Paris Les Cocottes, le Café Constant, le Bistrot Constant. Il est aussi propriétaire des Cocottes près d'Annecy, et surtout du Bibent place du Capitole à Toulouse et son dernier-né ouvert en 2014, le Café Constant à Montech chez lui dans le Tarn-et-Garonne.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu