Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange
Dossier : Mort de Raymond Poulidor

Le cycliste Raymond Poulidor, l'éternel second du Tour de France, est mort

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu Creuse, France Bleu

Raymond Poulidor, l'éternel second du Tour de France au palmarès pourtant exceptionnel, est mort ce mercredi à l'âge de 83 ans. Surnommé "Poupou", le mythique cycliste limousin a marqué plusieurs générations et il laisse derrière lui une popularité incroyable.

Raymond Poulidor a été surnommé l'éternel second car il n'a jamais remporté le Tour de France, mais il a un palmarès exceptionnel
Raymond Poulidor a été surnommé l'éternel second car il n'a jamais remporté le Tour de France, mais il a un palmarès exceptionnel © Maxppp - Francis Nicolas

Celui qu’on a toujours présenté comme l’éternel second, s’est éteint ce mercredi 13 novembre à l'âge de 83 ans, indique franceinfo. Raymond Poulidor avait été hospitalisé début octobre à Saint-Léonard-de-Noblat, la commune de Haute-Vienne où il réside. Son épouse avait expliqué qu'il "était très fatigué depuis le dernier Tour de France". Raymond Poulidor n’a jamais gagné la Grande Boucle, mais il a remporté de nombreuses étapes et s’est retrouvé plusieurs fois sur le podium. Surnommé "Poupou" sur son premier Tour de France, retour sur la carrière de ce coureur à la popularité exceptionnelle.

Un début de carrière tardif mais prometteur

Raymond Poulidor est né en Creuse à Masbaraud-Mérignat le 15 avril 1936 où ses parents sont métayers. Ils déménagent ensuite à Champnétery en Haute-Vienne où il passe sa jeunesse. Il s’y marie en 1961. 

Ce n'est qu'à l'âge de 20 ans qu'il commence vraiment sa carrière de cycliste professionnel mais ce démarrage tardif ne l'empêche pas d'être très vite sur le devant de la scène. Il est engagé par l'équipe Mercier en 1960, chez qui il va rester pendant 17 ans. Seulement un an après son démarrage chez les professionnels, il remporte le titre de Champion de France à Rouen sur les terres de Jacques Anquetil. Nous sommes le 3 septembre 1961. Cette date est à l'origine de la rivalité qui a opposé Raymond Poulidor à Jacques Anquetil pendant toute leur carrière. 

Raymond Poulidor devient champion de France en 1961 à Rouen
Raymond Poulidor devient champion de France en 1961 à Rouen - © Le Miroir des Sports / J.P.Dugard - Société d'Histoire de Grand-Couronne

Baptisé "Poupou" sur son premier Tour de France 

Son surnom de "Poupou" lui est donné sur le Tour de France de 1962.  C'est Emile Besson dans l'Echo du Centre qui titre en Une : "Vas-y-poupou". Il entre dans la légende comme éternel second de Jacques Anquetil (années 60) puis d'Eddy Merckx (années 70) sur la Grande Boucle. Il participe pourtant 14 fois au Tour de France, mais il n'en remporte aucun. Il n'enfilera jamais non plus le maillot jaune. Cette étiquette d'éternel second du Tour de France serait en partie due à la malchance (crevaison, une moto qui le renverse en 1968), et à de la maladresse (en 1964, il oublie un tour à Monaco). "Raymond Poulidor a fait de sa deuxième place, un grand exploit finalement", raconte Jean-Paul Ollivier, l'une des grandes voix du Tour de France.

Le 12 juillet 1964, "Poupou" marque l'histoire du Tour de France dans l'ascension du Puy-de-Dôme. Les deux coureurs Jacques Anquetil et Raymond Poulidor se livrent à un duel légendaire sur les pentes du volcan auvergnat, l'un des plus beaux affrontements de la Grande Boucle. Pour finir, Poulidor prendra la deuxième place à 55 secondes d’Anquetil qui réalise cette année-là le doublé Tour de France et Tour d'Italie. Un exploit que les amateurs continuent d’admirer même si beaucoup ont oublié le vainqueur du 12 juillet 1964, Julio Gimenez. Les deux champions boucleront leur tour d’honneur ensemble, au Parc des Princes le jour de l’arrivée de l'édition 1964.

Raymond Poulidor et Jacques Anquetil font leur tour d’honneur ensemble, au Parc des Princes le jour de l’arrivée du Tour de France 1964
Raymond Poulidor et Jacques Anquetil font leur tour d’honneur ensemble, au Parc des Princes le jour de l’arrivée du Tour de France 1964 © Maxppp - Keystone-Pictures-USA

Un palmarès impressionnant avec 189 victoires

Ses 189 courses remportées mettent à mal sa réputation d'éternel second. Parmi les grandes victoires de Raymond Poulidor, en 1961, il remporte Milan San Remo, le Grand prix des Nations et la Flèche Wallonne en 1963, le Tour d'Espagne en 1964, le Critérium du Dauphiné en 1966 et 1969, le Paris Nice, deux fois en 1972-1973. Et malgré sa malchance sur le Tour, "Poupou" est le coureur qui est monté le plus grand nombre de fois sur le podium du Tour, avec huit seconde ou troisième places. Il termine 2e en 1964, 1965 et 1974 et 3e à cinq reprises. Il a aussi inscrit sept victoires d'étapes sur la Grande Boucle entre 1962 et 1974. 

Les grandes courses de Poulidor

Poupou raccroche en 1977 

En 1977, Raymond Poulidor met fin à sa carrière. Il a alors 41 ans. Il travaille pour France-Loire, une filiale de Manufrance, qui fabrique des vélos à son nom et à celui de son ex-rival, Jacques Anquetil. En 2004, il publie ses mémoires "Poulidor par Poulidor", préfacées par Eddy Merckx. Huit ans après, en 2012, il raconte dans un second livre ses "50 tours de France", ceux qu'il a fait en tant que coureur, mais aussi en tant que fan de ce sport. Suivra en 2015 "Champion", qui retrace son parcours. 

"Poupou" a fait des émules dans sa famille. Ses petits-fils, David et Mathieu Van der Poel sont cyclistes professionnels et ont remporté plusieurs épreuves en cyclo-cross mais aussi sur route. Mathieu a notamment été sacré champion du monde de cyclo-cross 2015 et 2019. 

Mathieu Van der Poel tombe dans les bras de son grand-père sur le Tour du Limousin 2017 après avoir décroché la 3e place de l'étape
Mathieu Van der Poel tombe dans les bras de son grand-père sur le Tour du Limousin 2017 après avoir décroché la 3e place de l'étape © Maxppp - Thomas Jouhannaud

Une popularité incroyable

A la fin de sa vie, sa popularité était toujours intacte aussi bien chez lui en Limousin que sur les routes de France, certains ont même parlé de la "poupoularité". Des fans toujours au rendez-vous lorsqu'il s'arrêtait ici et là dédicacer ses livres. Fidèle au poste chaque année dans la caravane du Tour de France, le monde du cyclisme l’a ovationné en 2016 pour ses 80 ans lors de la présentation de la Grande Boucle. Un film avait été réalisé pour lui rendre hommage. L'édition 2019 de la Grande Boucle a été son 57e et son dernier Tour de France.

© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess