Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Il a failli mourir en 2017 : le pilote Sébastien Bourdais tire le bilan de son année

-
Par , France Bleu Maine
Sarthe, France

L'année 2017 a marqué le pilote sarthois Sébastien Bourdais dans sa chair. En mai, à Indianapolis, il a percuté un mur à toute vitesse. Il a repris la course seulement trois mois après. Et il a hâte de concourir aux 24 heures du Mans 2018 avec Ford.

Le 20 mai, le pilote sarthois Sébastien Bourdais s'écrase en pleine vitesse contre le mur du circuit d'Indiannapolis. A peine 3 mois plus tard, il reprenait le volant.
Le 20 mai, le pilote sarthois Sébastien Bourdais s'écrase en pleine vitesse contre le mur du circuit d'Indiannapolis. A peine 3 mois plus tard, il reprenait le volant. © Maxppp - Larry Papke

"_L'accident a fini par me rattrape_r". Voilà comment Sébastien Bourdais analyse le terrible accident du 20 mai dernier sur le circuit d'Indianapolis. Sa voiture heurte le mur a plus de 326 kilomètres heure. "C'est le genre d'impact où le pourcentage de survie est assez faible" continue Bourdais, depuis les Etats-Unis où il habite. Des fractures du bassin, une fracture de la hanche droite : c'est un miraculé. Trois mois plus tard le pilote sarthois retrouvait les circuits en IndyCar pour la fin de la saison.

Les risques du métier

Sébastien Bourdais se souvient bien du crash : "Tout s'est passé extrêmement rapidement. Je prends une virgule du train arrière, la voiture se redresse, je tape le mur, je suis toujours à fond parce que je pensais que j'allais la sauver. Je tape le mur à 326 kilomètres heure. C'est très vite, quand on le voit de l'extérieur, mais à l'intérieur..."

Quand je comprends que c'est terminé, mon cerveau me dit 'c'est pas bon' mais je n'ai même pas eu le temps d'enlever mon pied de l'accélérateur

Après deux mois et demi de convalescence, le quadruple champion d'Indycar a pu reprendre le volant et sera en compétition avec Ford en 2018. Avec l'envie. "_Je connais les risques du métier, en Indycar, on roule très très vite. J'ai eu de la chance de m'en sorti_r". 

Sébastien Bourdais se remémore l'accident du 20 mai à Indianapolis

En 2018, Bourdais continue avec Ford en endurance

Le pilote sarthois, confirmé avec Ford, a hâte de retrouver les 24 Heures du Mans, nouvelle version. "Ca fait partie des aléas du sport auto, où il y a parfois des phases un peu compliquées pour remettre le système en route. Je pense qu'il va y avoir un effort pour que toutes les LMP1 qui vont débarquer et les Toyota  soient plus proches au niveau performance". Mais au Mans poursuit le champion, il y aura "toujours cette incertitude jusqu'au bout, puisque la fiabilité reste un des éléments clé dans cette course". 

Sébastien Bourdais a hâte de retrouver les 24 Heures du Mans

A LIRE AUSSI - Rebellion revient en LMP1, catégorie reine des 24 Heures du Mans

Choix de la station

À venir dansDanssecondess