Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Médias - People

Le Poitevin Edouard Bergeon : "Au nom de la terre" ne m'appartient plus

-
Par , France Bleu Poitou

Son film "Au nom de la terre" sort aujourd'hui sur les écrans. Le réalisateur poitevin a encore du mal à y croire, entre hommage à son père et soutien au monde agricole, Edouard Bergeon se livre sur France Bleu Poitou.

Edouard Bergeon
Edouard Bergeon - EB

Poitiers, France

Plus de 80 avant-premières, et maintenant le jour J pour Edouard Bergeon. Le petit gars de Jazeneuil n'en revient toujours pas. "Cinq ans de travail et tout se joue aujourd'hui, je saurai à 15h si ce film va marcher."

-Vous avez fait une grande campagne de communication en amont ?

-oui j'ai voulu sillonner, labourer la France avec mon film pour voir comment le public réagissait et pour installer le bouche à oreilles, c'est un film qui trouve un public plus rural, qui n'a peut être pas l'occasion d'aller au cinéma puisqu'on raconte notre France agricole qui est un petit peu oubliée depuis quelques décennies. On oublie un peu trop qui remplit nos assiettes chaque jour, ce sont les paysans. Malheureusement on les considère de moins en moins. Et un un tiers d'entre eux gagne moins de 350 euros par mois.

-Comment vous préparez-vous à cette folle journée ?

-Je vais aller courir dans les bois, je vais aller continuer les interviews, mais non je ne suis pas du tout "stress", de toutes façons ça ne m'appartient plus, ce film ne m'appartient plus, il appartient aux spectateurs 

-Alors ça sera quoi l'après? Vous ne craignez pas une sorte de "baby blues" ?

-baby blues, je l'ai eu avec les "fils de la Terre" en 2012, où ça était très dur au niveau perso (un documentaire sur le monde agricole et ses travers) là je suis bien entouré, j'ai attaqué l'écriture d'un nouveau film depuis plusieurs mois déjà, et si je devais répondre à toutes les sollicitations des salles de cinéma, ou des associations agricoles j'en aurais pour un an encore!"

Ce film "Au nom de la Terre" est aussi l'occasion de rappeler qu'il existe des structures qui viennent en aide aux agriculteurs. 

La Mutualité sociale agricole propose un numéro vert "Agri-écoute" (09-69-39-29-19) et des aides financières en cas de grande détresse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu