Médias – People

Les souvenirs laissés par Michel Delpech en Creuse

Par Maxime Tellier, France Bleu Creuse vendredi 8 janvier 2016 à 6:00

Michel Delpech sur le tournage de "L'Air de rien" en 2011 en Creuse
Michel Delpech sur le tournage de "L'Air de rien" en 2011 en Creuse - Les Films Velvet

Une semaine après sa disparition, le 2 janvier, Michel Delpech est enterré ce vendredi au cimetière du Père Lachaise à Paris. En Creuse, le chanteur n'a laissé que de très bons souvenirs : il avait passé deux semaines à Aubusson en 2011 pour le tournage du film "L'Air de rien".

C'est un film dans lequel le chanteur jouait son propre rôle avec des éléments de fiction ajoutés par les scénaristes : dans "L'Air de rien", sorti en 2012, Michel Delpech incarne un personnage criblé de dettes et fauché, retiré dans sa maison en Creuse et qui tombe sur un huissier compatissant, admirateur de ses chansons. L'huissier, incarné par Grégory Montel, le convainc de remonter sur scène pour rembourser ses créanciers.

A l'écran, Michel Delpech retrouve son public qu'il a quitté depuis une trentaine d'années, un public constitué de nombreux figurants creusois, comme Luc Canon, qui tenait un bistrot à Saint-Laurent à l'époque du tournage en septembre 2011 : "nous avons eu l'immense chance de faire quelques scènes du film ici dans notre établissement, scènes qui n'ont pas été retenues au montage, mais ma femme Marlène figure au générique ; elle tient le rôle de la patronne de la discothèque d'Aubusson "La Luciole" (rebaptisée "Le X" en 2016). Nous avons reçu toute l'équipe du film pour une bouffe ici, Michel Delpech était quelqu'un de très abordable, un homme simple, à l'écoute."

Une scène qu'il a fallu refaire 22 fois

Luc Canon se souvient également de la patience du chanteur : "il y avait une scène dans laquelle je ne pouvais pas garder mes lunettes à cause du reflet des verres qui ne passait pas bien à la caméra, je devais taper des prix sur la caisse mais je ne voyais pas du tout les touches ! On a refait la scène 22 fois ! Mais 22 fois, il est resté stoïque, sans un mot. La scène a été coupée heureusement !" En ce début 2016, Luc et Marlène Canon n'ont pas touché aux affiches du film dédicacées par Michel Delpech et l'équipe du film, toujours accrochées à leurs murs.

A Aubusson, le patron de l'hôtel "Le France" René-Jean Hawaï se rappelle aussi très bien de l'époque du tournage : "Michel Delpech était resté deux semaines chez nous, il occupait la chambre 206 au 2e étage, une chambre en toile de Jouy bleu avec un grand lit king bed. Il dînait tous les soirs au restaurant de l'hôtel et depuis, la chaise qu'il utilisait porte son nom ; nous faisons toujours ça quand un personnage connu passe ici. C'était une personne très charismatique, très sympa, très sobre, assez effacée également mais il était toujours souriant et arrangeant avec le personnel."

Le livre d'or de l'hôtel "Le France" à Aubusson signé par Michel Delpech - Radio France
Le livre d'or de l'hôtel "Le France" à Aubusson signé par Michel Delpech © Radio France - Maxime Tellier

"Michel Delpech, c'est ma jeunesse !"

Pour tous ces figurants, la rencontre était un événement : beaucoup étaient aussi des admirateurs du chanteur avant qu'il ne soit, brièvement, acteur sur ce film. _"J'ai dû vivre mes premières amours au son de ses chansons", glisse dans un sourire le patron de l'hôtel qui confesse avoir eu le look Michel Delpech dans les années 70, cheveux longs, pattes d'éph' et médaillon. "Compte tenu de mon âge, Michel Delpech, c'est mes années 80, c'est ma jeunesse !", embraye Luc Canon. "J'ai des souvenirs de beaux slows, on draguait bien, Michel Delpech fait partie du patrimoine de la chanson française !"_

Le réalisateur Grégory Magne sera présent aux obsèques ce vendredi à Paris, il avait choisi la Creuse à dessein pour le tournage de son film : "ça avait plu à Michel qui je crois était attaché à cette France provinciale qu'il connaissait bien pour l'avoir sillonnée professionnellement, une France qui lui correspondait, même s'il était originaire de région parisienne où il a vécu toute sa vie ; il y avait une espèce d'évidence à installer son personnage dans cette maison reculée que nous avions louée à un couple d'Anglais à Saint-Agnan-près-Crocq. A la fin de la première semaine de tournage, il avait souhaité qu'on prenne une photo de toute l'équipe devant la maison" (photo ci-dessus).

Grégory Montel raconte son arrivée en train à la Souterraine avec Michel Delpech

Grégory Montel, l'acteur qui joue le rôle de l'huissier dans le film, sera aussi aux obsèques. Il se souvient de son arrivée à la gare de la Souterraine en Creuse aux côtés du chanteur : "nous avions pris le train ensemble à Paris pour nous rendre sur le tournage, je me rappelle avoir pris une photo de lui sans oser lui demander. Au moment où notre train arrivait à la gare de la Souterraine, une photo volée de lui lisant son journal que j'avais envoyé à ma mère pour lui dire, regarde ! Je garde un souvenir de Michel extrêmement joyeux, une expérience formidable pour moi, mon premier rôle au cinéma. C'était la première fois que je rencontrais quelqu'un d'aussi célèbre, qui le savait, il était reconnu de partout dans la rue mais en même temps, il était extrêmement discret, ne souhaitait pas faire de vague, c'était quelqu'un d'une grande générosité."

Les figurants qui ont croisé Michel Delpech en Creuse racontent leurs souvenirs

Partager sur :